Revue de presse africaine du 19 mars 2019

    Revue de presse africaine du 19 mars 2019

    Photo saisissante sur le site d’information Guinée News que celle de ces liasses de billets de banque à moitié calcinées et désormais inutilisables… Et ça n’est qu’une toute petite partie des dégâts provoqués par l’incendie qui a dévasté dans la nuit de samedi à dimanche ce marché de Conakry, le plus grand de la Guinée.

    « Le feu, causé par un court-circuit, selon les autorités, a consumé près de 342 kiosques et leurs contenus, précise le site, pour un montant estimé à plusieurs milliards de francs guinéens. »

    352 conteneurs, 24 tables de vente et 62 ateliers de couture sur une superficie de 1.500 m2 sont partis en fumée.

    Des commerçants désespérés

    Guinée News a recueilli des témoignages de commerçants victimes du feu : certains ont tout perdu et sont désespérés…

    « Toutes nos boutiques sont consumées, se désole Hassanatou. Je ne comprends rien. Ma tension est vraiment montée je ne sais à quel degré. Que l’Etat nous aide à faire de bonnes installations dans ce marché de Madina, et des rues, en cassant certains magasins. Qu’il reconstruise notre marché. Les boutiques sont contiguës au point qu’il n’y a même pas de passage et c’est ce qui a aggravé la situation. »

    « Beaucoup sont venus ce dimanche constater les dégâts, raconte Ibrahima, il y a eu des pertes énormes. Moi, je suis couturier, toutes nos machines sont parties en fumée. Au total, il y avait 24 ateliers de couture. Dans certains ateliers, il y avait 12 machines. Imaginez qu’une machine simple coûte plus d’un million sans compter les machines qui font la broderie. La perte pour les habits, elle, est incalculable. »

    « Je vends des tissus, rien n’est sorti, tout a été consumé, se lamente pour sa part Alhassane. C’est à 23 heures que j’ai été appelé. Je me suis débrouillé pour être là et j’ai vu que tout était parti en fumée. La perte peut aller jusqu’à 50 millions de francs. Je devais acheter des marchandises ce lundi. Je demande au gouvernement de nous venir en aide ainsi qu’aux personnes de bonne volonté. »

    Moderniser les marchés !

    Alors, coup de gueule ce matin dans le quotidien Aujourd’hui à Ouagadougou. « Il faut mettre fin à la pagaille des marchés en Afrique », s’exclame le journal.

    « Régulièrement en effet, si ce n’est pas un petit marché, ou une ribambelle de kiosques alignés qui prennent feu, c’est carrément un grand marché africain qui part en fumée, dénonce Aujourd’hui. Ces feux peuvent être accidentels ou criminels, tels à Lomé. Au marché de Madina, où les commerçants sont serrés comme des boîtes de sardines, avec des installations anarchiques, avec des mégots de cigarettes qu’on jette à tout de champ, cet incendie n’est pas une surprise, car, il faut d’abord que les commerçants se disciplinent, pointe le quotidien burkinabé. Il y a plus d’une dizaine d’années, le marché Rood-Woko de Ouagadougou avait connu un sort similaire, et il a fallu cet incendie pour qu’un nouveau complexe soit érigé, en lieu et place, des anciens lieux où, à la moindre flamme, même les sapeurs-pompiers avaient du mal à se frayer un chemin. D’ailleurs, toutes les bouches d’aération étaient bouchées, les portes de secours encombrées de boutiques, bref, Madina vit ce que Rood-Woko a vécu en mai 2003. (…) Il appartient donc à la mairie de Conakry, poursuit Aujourd’hui, de mettre de l’ordre, à partir de ces décombres fumants, afin que le marché nouveau qui sera érigé réponde à certaines normes sécuritaires. Faire du commerce, faire de l’argent, du business, n’est pas incompatible avec un marché avec des règles claires et strictes en matière sécuritaire. »

    Poutine : contre-pouvoir mondial…

    Et puis, ce commentaire de Wakat Séra sur la réélection de Vladimir Poutine en Russie. « 76 %… C’est le score, certes pas stalinien, mais bien éloquent, par lequel Vladimir Poutine vient de signer un nouveau bail de 6 ans à la tête de la Russie, constate Wakat Séra. En Afrique, c’est ce qu’on appelle “un coup KO”, le président russe ayant reconquis son fauteuil dès le premier tour. »

    Certes, reconnait Wakat Séra, « l’élection présidentielle russe présente bien des taches noires que porte ce genre de compétition sur le continent. » Mais, Poutine, estime le site, est « un vrai leader (…). Et il faut le dire, poursuit Wakat Séra, la planète, et l’Afrique avec, ne s’en portera que mieux si elle demeure bipolaire, par le fait de dirigeants comme Vladimir Poutine qui sont de véritables épouvantails pour les gendarmes du monde, à l’instar des Etats-Unis, pour ne pas les nommer ! »

     

    Laisser un commentaire