Nouvelles sanctions américaines frappées par un financier lié au Hezbollah

WASHINGTON (Reuters) – Les Etats-Unis ont cherché jeudi à étouffer les sources de financement du Hezbollah soutenu par l’Iran en imposant des sanctions à son représentant en Iran, ainsi qu’un important financier et ses cinq entreprises en Europe, en Afrique de l’Ouest et au Moyen-Orient.

Le Trésor américain a déclaré que Mohammad Ibrahim Bazzi était un financier du Hezbollah opérant en Belgique, au Liban et en Irak. Il était un proche collaborateur de l’ancien président gambien Yahya Jammeh, accusé d’acquérir de vastes richesses pendant son règne de plusieurs décennies.

Il a également imposé des sanctions au représentant du Hezbollah en Iran, Abdallah Safi Al-Din, qui, selon lui, a servi d’interlocuteur entre le Hezbollah et l’Iran sur des questions financières.

Le département a déclaré avoir mis sur liste noire le conglomérat de services énergétiques belge Global Trading Group; Société pétrolière basée en Gambie Euro African Group; et Africa Middle East Investment Holding basée au Liban, Premier Investment Group SAL Offshore et groupe d’import-export Car Escort Services. Tous ont été désignés parce qu’ils sont détenus ou contrôlés par Bazzi, a déclaré le Trésor.

« Les actes sauvages et dépravés de l’un des plus éminents financiers du Hezbollah ne peuvent être tolérés », a déclaré le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, dans un communiqué.

« Cette administration exposera et perturbera à chaque fois le Hezbollah et les réseaux terroristes iraniens, y compris ceux qui ont des liens avec la Banque centrale d’Iran », a-t-il dit.

Les sanctions font partie d’une série de nouvelles mesures visant l’Iran et le Hezbollah depuis que le président américain Donald Trump s’est retiré de l’accord nucléaire iranien la semaine dernière.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo devrait exposer lundi dans un discours à Washington les plans des Etats-Unis pour construire une coalition pour examiner de plus près les « activités déstabilisatrices » de l’Iran, a déclaré la porte-parole Heather Nauert au département d’Etat.

Dans l’un des plus grands mouvements de cette semaine visant à réprimer les opérations à l’étranger de l’Iran, le Trésor a sanctionné le gouverneur de la banque centrale iranienne, Valiollah Seif.

Mercredi, les États-Unis, soutenus par les États du Golfe, ont imposé des sanctions supplémentaires aux deux principaux dirigeants du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah et Naim Qassem.

Laisser un commentaire