Mort de Fallou Sène: le SUDES/ESR décrète 48h de grève et pointe du doigt l’Etat

Mort de Fallou Sène: le SUDES/ESR décrète 48h de grève et pointe du doigt l'Etat

Les évènements du 15 mai 2018 qui se sont déroulés à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, ont marqué toute la communauté estudiantine comme le peuple dans son entièreté.

Au cours des affrontements, l’étudiant Mouhamadou Fallou Sène a reçu une balle qui a causé sa mort. Dans ce sens, une grève de 48h a été décrétée par le SUDES/ESR. Ce dernier déplore cette mort de plus qui vient allonger la liste et pointe du doigt l’Etat. Depuis 2 jours, le meurtre du jeune étudiant Fallou Sène défraie la chronique.

Du coup, des mouvements d’humeurs ont été remarqués un peu partout dans le pays. Les étudiants, touchés par ce meurtre, accusent l’Etat. Par ailleurs, le SUDES/ESR (Syndicat Unitaire et Démocratique des Enseignants du Sénégal) a tenu une conférence de presse, ce matin.

Au cours de cette rencontre avec les journalistes, le SUDES est revenu sur les cas précédents en ces termes « Cette tragédie qui nous replonge dans la tristesse de celles également malheureuses de Balla Gaye (2001) et de Bassirou Faye (2014) est révoltante et choquante« .

La mort de Bassirou Faye, de Mamadou Diop, de Balla Gaye devraient permettre au gouvernement d’éviter une de plus tout en prenant en compte la continuité de l’Etat.

Dans ce sens, si ce problème persiste de futurs cas ne pourraient pas être écartés dans l’avenir: « Et la tragédie du 15 mai a fini par nous édifier sur le fait que le gouvernement n’apprend pas de ses erreurs et que de futurs morts d’étudiants pour défaut de paiement à temps de leurs bourses ne sont pas impossibles« .

Aussi, il accuse le recteur qui se trouve être le « président » de l’université pour avoir permis aux forces de l’ordre de pénétrer l’anceinte de l’université. En outre du recteur, le gouvernement est aussi doigté par ces morts dans le passé.

Pour les besoins de l’enquête dans le but d’éclairer les circonstances de la mort du jeune Fallou Sène, situer les responsables et mettre fin à ces « bavures » des forces de l’ordre dans les universités qui sont un lieu de savoir, le Sudes/Esr exige la mise en place d’une commission d’enquête dans laquelle, il fera parti.

 

 

 

 

Laisser un commentaire