Migrants: Sur le chemin d’Europe, ils sont chassés d’Algérie, casés au Maroc

 Au moment l’Algérie jette les migrants subsahariens à Tamanrasset, le Maroc choisit de les régulariser pour la deuxième fois en trois ans. La Commission chargée de la régularisation et de l’intégration des migrants annonce le lancement d’une nouvelle phase d’intégration.

Entre les deux voisins nord-africains, l’un choisit une diplomatie de façade envers le continent, alors que l’autre préfère jouer la carte des relations sincères. L’actualité de cette semaine a été marquée par les réactions d’indignations envers l’Algérie, sa honteuse rafle et l’expulsion des Subhariens.
Le royaume du Maroc reste quant à lui fidèle à sa politique d’intégration. Impossible de parler d’opportunisme en l’occurence puisque c’est la deuxième fois qu’une telle initiative est prise en l’espace de trois ans. Du côté de l’Algérie, en revanche, il se développe ce que l’on pourrait appeler un racisme d’Etat. Sinon, comment expliquer que le Président de la commission des droits de l’Homme rattachée à la présidence ose affirmer que « les Africains étaient porteur du Sida auquel les Algériens sont exposés au contact des migrants ».
Quoi qu’il en soit, au Maroc, la voie choisie est bien différente. Le ministère de l’Intérieur souligne dans un communiqué de la Commission nationale chargée de la régularisation et de l’intégration des migrants au Maroc qu’: «au cours de sa tournée dans des pays d’Afrique subsaharienne, plusieurs chefs d’Etat ont tenu à féliciter le roi Mohammed VI et le royaume du Maroc pour sa politique migratoire, qui vise l’intégration économique et sociale de personnes en situation irrégulière issues principalement des pays d’Afrique subsaharienne».
Ainsi, le département dirigé par Mohamed Hassad, indique que le souverain «a donné ses très hautes instructions pour le lancement de la deuxième phase d’intégration des personnes en situation irrégulière, tel que cela était déjà prévu pour fin 2016». Cette deuxième phase sera lancée incessamment. Elle se déroulera selon les mêmes conditions que la précédente. La Commission nationale chargée de la régularisation et de l’intégration des migrants au Maroc rappelle que la dernière opération avait concerné près de 25.000 personnes.
Le communiqué rappelle également que dans son discours du 20 août dernier, à l’occasion de la fête de la révolution du roi et du peuple, le souverain avait affirmé: «le Maroc compte parmi les premiers pays du Sud à avoir adopté une politique solidaire authentique pour accueillir les migrants subsahariens, selon une approche humaine intégrée, qui protège leurs droits et préserve leur dignité».
De même, le roi Mohammed VI avait souligné que «pour mettre en œuvre cette politique, notre pays, sans condescendance, ni arrogance, ni dénigrement ni discrimination, a procédé à la régularisation des migrants, conformément à des critères raisonnables et équitables, en créant pour eux les conditions appropriés pour s’établir, travailler et vivre dignement au sein de la société». Le souverain marocain avait indiqué: «ceci n’a rien d’étonnant quand on connait l’accueil réservé par les Marocains à leurs hôtes.
En effet, les qualités d’hospitalité, de bienveillance et de cordialité, sont ancrées dans notre culture et nos traditions séculaires». Et d’ajouter: «Nous notons avec beaucoup de considération et de satisfaction ce qui fait la particularité de ces immigrés, à savoir une bonne moralité et une bonne conduite à l’égard d’autrui, l’ardeur à l’ouvrage, le respect de la loi, des valeurs et des constantes sacrées des Marocains».
«Je tiens à réaffirmer que nous ne faisons que remplir le devoir qui nous incombe vis-à-vis de cette catégorie, étant donné qu’il s’agit de personnes que la précarité a poussées à risquer leurs vies et à quitter leurs familles et leur pays», avait dit le souverain. De même, le roi avait indiqué que «le Maroc a longtemps récusé les méthodes suivies par certains pour traiter les questions de la migration, méthodes qui, se sont, d’ailleurs, révélées inopérantes.
Par contre, il est fier de l’action qu’il mène dans le domaine de l’accueil et de l’intégration des immigrés. Et il ne reviendra pas sur cette approche pratique et humanitaire».

Laisser un commentaire