Mgr Benjamin Ndiaye: « oser mettre pleinement en pratique nos bonnes en pratique nos bonnes

"J'appelle sérieusement, à ce que nous puissions prendre nos responsabilités", Benjamin Ndiaye

L’Archevêque de Dakar estime qu’il est ‘’grand temps’’ pour le Sénégal, ‘’de dépasser les actions symboliques, pour oser mettre pleinement en pratique nos bonnes intentions à l’égard des enfants’’.

’’Il est grand temps, pour notre pays, de dépasser les actions symboliques, pour oser mettre pleinement en pratique nos bonnes intentions à l’égard des enfants. Car une société qui sait prendre soin de ses enfants se forge un mental fort pour mieux s’occuper des plus petits, des plus faibles et des plus pauvres !’’, soutient Monseigneur Benjamin Ndiaye dans son message de Noël.

L’Archevêque de Dakar prie pour que les enfants qui naissent à la vie ‘’soient bien accueillis, aimés, soignés et respectés’’.

’’Que le don de la vie reçue de Dieu s’épanouisse pour vous en bonheur impérissable ! Que les enfants qui naissent à la vie soient bien accueillis, aimés, soignés et respectés. Car, c’est beau la vie, et c’est un don de Dieu, le don même par excellence !… Que les enfants qui grandissent ne soient plus maltraités, exploités, violés, mais éduqués avec amour et tendresse, pour qu’ils puissent s’épanouir pleinement’’’, dit-il.

Il a rappelé que Noël ’’c’est la fête de la Vie donnée et reçue’’, ‘’l’accomplissement d’une longue attente’’, ‘’le bonheur d’une présence divine vivifiante et la promesse d’une croissance heureuse’’.

Selon lui, ‘’notre recherche de bien-être’’ ne doit pas chasser ‘’notre devoir de mieux-être’’ et ne doit pas nous fermer les yeux ‘’sur les nombreux blessés de la vie dans notre société’’.

L’Archevêque de Dakar invite à vivre Noël ‘’en vrais croyants’’, comme ‘’une naissance à une nouvelle conscience humaine et citoyenne’’, qui ‘’ouvre les yeux aux merveilles de l’amour de Dieu et à la beauté de la création que nous nous devons de respecter davantage’’.

Il a prêché pour une ‘’nouvelle conscience humaine et citoyenne’’, qui ‘’nous ouvre les oreilles aux appels des hommes qui souffrent ; nous ouvre les mains pour partager avec les plus pauvres ; nous ouvre le coeur pour vivre le pardon et la réconciliation ; nous mette en chemin à la rencontre de l’autre, au-delà de la parenté, de l’ethnie, de la race, de l’appartenance politique ou même religieuse…’’.

LAISSER UN COMMENTAIRE