Maroc : ce que l’on sait de la cellule féminine de Daech

    Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) vient de démanteler une cellule terroriste composée de dix femmes. Une première au Maroc.

    PAR 

    Depuis quelques mois, les démantèlements de cellules terroristes se succèdent à intervalles plus que réguliers dans le royaume chérifien, chantre d’un islam modéré et très en pointe dans la lutte contre le terrorisme. Le Maroc avait été frappé par des actes terroristes dans le passé à Casablanca (45 morts) en 2003 et sur un site touristique de Marrakech en 2011 (17 morts). Depuis septembre 2014, le Maroc a mis en place un plan de sécurité renforcé, baptisé plan Hadar (« vigilance »), dans tous les sites publics et touristiques à forte fréquentation.

    Les derniers faits

    Dix femmes qui avaient fait allégeance à l’organisation État islamique (EI) et voulaient commettre des attentats-suicides dans plusieurs villes du Maroc ont été arrêtées lundi par la police, une première dans le pays, selon les sources officielles.

    Les dix suspectes ont « essayé de se procurer des produits chimiques utilisés dans la fabrication de ceintures explosives», a annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. Elles « voulaient commettre des attentats-suicides contre des installations vitales au Maroc », selon ce communiqué. Elles avaient tissé des « liens étroits avec plusieurs terroristes marocains également affiliés à Daech » (acronyme de l’EI en arabe) et « basés à la frontière syro-irakienne ».

    Les premiers éléments de l’enquête font ressortir que les prévenues, qui ont prêté allégeance à Daech, ont adhéré à l’agenda de l’organisation et cherchaient à obtenir des produits utilisés dans la fabrication d’engins explosifs. Elles avaient pour but de mener des opérations-suicides contre des installations sensibles au Maroc, suivant en cela le procédé du frère de l’une d’entre elles qui avait commis une opération similaire en Irak au début de l’année, note le communiqué.

    Dix femmes, dont sept mineures

    Les mises en cause, dont certaines ont des liens familiaux avec des combattants marocains dans les rangs de Daech et avec certains partisans de groupes islamistes extrémistes, coordonnaient avec des éléments de l’unité « Opérations extérieures » de Daech actifs sur la scène syro-irakienne, ainsi qu’avec des éléments liés à cette organisation qui s’activent en dehors de la zone de concentration en Irak et en Syrie, poursuit la même source. Parmi elles, sept sont mineures : deux sont âgées de quinze ans, deux de seize ans et trois de dix-sept ans, confirme la presse marocaine en citant des sources proches de l’enquête.

    Cette cellule féminine était par ailleurs chargée du recrutement et de l’entraînement de femmes pour l’EI. Elle était active dans plusieurs localités du pays, toujours selon le ministère de l’Intérieur, notamment à Kénitra, Sidi Slimane, Salé et Tanger. Les autorités marocaines ont multiplié ces derniers mois les annonces sur le démantèlement de cellules liées à l’EI et l’arrestation de recruteurs présumés pour le compte du groupe. Chantre d’un islam modéré et très en pointe dans la lutte contre le djihadisme, le Maroc a été épargné par des attentats meurtriers ces quatre dernières années, contrairement à la France et à d’autres pays.

    Laisser un commentaire