Les villageois sans terre de Mauritanie, obligés d’aller enterrer leurs morts au Sénégal

    Les villageois

    Du cimetière de Donaye, il ne reste rien. Le bulldozer a écrasé jusqu’aux pierres tombales. Un canal d’irrigation, aujourd’hui à sec, balafre le lieu. Pour enterrer leurs morts, les habitants de ce petit village d’agriculteurs négro-mauritaniens doivent maintenant emprunter leurs pirogues, se rendre sur l’autre rive du fleuve qui borde le village et passer au Sénégal, où reposent dorénavant leurs ancêtres. « Ceux qui meurent deviennent Sénégalais ! », ironise Amadou Moktar Wane, le chef du village.

    Idem pour la culture du mil. Donaye est devenu un village sans terres, accaparées par un homme d’affaires maure. « Un Blanc », précise Amadou Moktar Wane. Dans ce pays recouvert en quasi-totalité par le désert, Donaye, et des dizaines d’autres villages situés le long des fertiles rives mauritaniennes du fleuve Sénégal, sont ainsi l’objet d’une lutte âpre et inégale.

    Le malheur de Donaye remonte à 1990. L’année précédente, les tensions avaient explosé entre la Mauritanie et le Sénégal, tensions identitaires, questions de souveraineté et aussi de propriété foncière sur les rives du fleuve où, d’un côté et de l’autre, vivent les mêmes communautés ethniques, les mêmes familles, établies depuis toujours.

    L’Etat joue sur des ambiguïtés du cadre déterminant la propriété foncière. En 1983, des Haratine (assimilables à des serfs), qui travaillaient leurs champs sans profiter des récoltes, se sont révoltés. Une loi domaniale adoptée cette année-là établit que la terre appartient à celui qui la travaille, ou l’a travaillée ; les autres, les terres dites « mortes », reviennent à l’Etat, qui peut alors les redistribuer. Tout est question d’interprétation, de procédures et d’ enquêtes administratives. « Après les événements de 1990, l’Etat a profité que les agriculteurs avaient déguerpi pour donner les terres à des commerçants et des militaires maures », dénonce Kane Amadou Tijane.

    lemonde.fr

    Laisser un commentaire