Le covid-19 : La belle raclée qui invite à l’humilité humaine

« L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature ; mais c’est un roseau pensant.

Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser : une vapeur, une goutte d’eau, suffit pour le tuer. Mais, quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt, et l’avantage que l’univers a sur lui, l’univers n’en sait rien ». Cette idée de Pascal nous invite à noter que la pensée fait à  la fois la grandeur et la misère de l’homme.

Mais aussi elle met en exergue la fragilité de la condition humaine. Cette fragilité est d’autant plus vraie que, au moment où nous portons cette réflexion, la presque totalité de la planète est secouée par un infiniment tout petit que Jankélévisch nommerait surement « le je ne sais quoi ou le presque rien » : le corona virus ou le covid 19.

Depuis des siècles, le « kalif » ou le « représentant de Dieu » sur terre s’est mis sur le chemin d’une vaste entreprise de recherche et de transformation technique du monde. Ainsi, l’unique regard de l’homme semble s’orienter sur la recherche de profit et la concurrence. La seule devise qui vaille, c’est l’accumulation sans précédent de capitaux : la richesse et le confort  matériel. 


Et empruntant une telle voie, il est arrivé à un niveau où il pense avoir réalisé ce grand rêve du philosophe français René Descartes : travailler jusqu’à « devenir maître et possesseur de la nature ».

Autrement dit, l’homme a toujours considéré qu’il est parvenu à dompter la nature, il la maitrise. Il est capable de lui soumettre son dictat et l’utiliser à sa guise. Pour montrer le niveau de recherche de l’homme, Rostand ne disait-il pas « la science a fait de nous des dieux ».Désormais, l’homme peut dormir sous ses lauriers car rien ne lui échappe maintenant. Il n’est plus un invité dans l’univers mais son maître même. Quelle arrogance ! Quel orgueil !


Mais voilà, au moment où nous pensions enterrer les pages de 2019 et accueillir avec tout l’espoir requis 2020,  surgit d’on ne sait où, un presque rien du tout qui pose une « équation insoluble » à ce « kalif », ce « superpuissant », cet « omniscient » : l’être humain. C’est incroyable ! Qui l’aurait cru ?
C’est paradoxale. N’est-il pas celui qui a presque tout créé et inventé ? N’est-ce pas lui qui nous a permis de pouvoir faire le « tour du monde en 24h » ? N’est-ce pas lui qui a converti le monde en un village planétaire ? N’est-ce pas lui qui créa ce qui permit de détruire en une fraction de seconde Hiroshima et Nagasaki ? 


Avec tout ce pouvoir et ces capacités dont il fais montre, de jour en jour, pourquoi laisse t-il cet infiniment petit se propageait et faire du ravage dans le monde entier ? Est-il impuissant face à lui ou le laisse-t-il à dessein faire du mal à l’humanité ? Difficile à comprendre réellement. 
Le corona est un ennemi invisible qui tue sans état d’âme, il dévore et emporte tout sur son passage. Il est un adversaire coriace et redoutable. En quelques mois, il a su secouer la planète entière. Le covid19 nous a dicté sa loi en nous imposant une autre manière de vivre : quarantaine, confinement, état d’urgence, couvre-feu, fermeture des écoles et de tous les lieux de cultes, non au rassemblement, by by les salamalecs ou les accolades……..


Ainsi, il est possible de constater que toute l’humanité s’est levée pour contrecarrer ce petit ennemi insignifiant invisible à l’oeil humain. Des plans de riposte sont élaborés par les politiques et les scientifiques se sont mis sur le chemin de la recherche de la thérapie du covid19.

Les hommes religieux ne sont pas en reste. Chacun dans son obédience et sa proximité avec le divin donne les secrets efficace qui lui feraient disparaître pour de bon. Les artistes aussi, forts dans leurs activités, se mettent à sensibiliser les autres afin de se séparer définitivement du corona virus. Et qui d’autres encore ? Toutefois, ce qui est à noter, pour le moment, c’est qu’ils leur tient tête et dicte sa loi au monde entier. Faute de trouver mieux, beaucoup de pays se sont rabattus sur la proposition du « messi », docteur Raoult avec sa chloroquine qui semble être le remède miraculeux et salvateur.

 
Cependant, quelles leçons faut-il tirer de l’apparition de ce petit machin qui secoue la planète entière ? Les enseignements que l’on peut en tirer sont nombreux. Cette histoire invite l’homme à une prise de conscience. Il doit apprendre à être humble en abandonnant son arrogance. Il doit être conscient qu’il n’est qu’un « microcosme dans un macrocosme ». Il a certes fait des efforts considérables mais il est loin d’être « maître et possesseur de la nature » car l’océan de ce qu’il ne contrôle pas est plus important que le lac dans lequel baigne ce qu’il maîtrise. Il n’est pas omnicient encore moins « un empire dans un empire ».

Il lui faut un travail d’introspection. Il doit revenir à la raison car tout dans la nature à sa raison d’être. La couche d’ozone, les mers et fleuves, l’environnement etc. ne manquent pas d’applaudir pour ce travail spectaculaire du corona virus. Ils y trouvent leur compte. Comme pour dire « A quelque chose corona est bon » (certainement ce sera notre prochain article). Après avoir rappelé à l’humain son imperfection et son impuissance, il ne manque pas de lui demander de revoir son attitude face aux restes de l’univers mais également de revoir l’orientation  de ses recherches.356. 
En attendant respectons les prescriptions des spécialistes en la matière (à plus d’hygiène) et obéissons aux lois de la république (couvre-feu)Que Dieu sauve l’humanité.

Laisser un commentaire