(Dossier santé) : Un seul centre d’hémodialyse pour toute la Casamance et la sous-région

(Dossier santé) : Un seul centre d'hémodialyse

La situation de l’insuffisance rénale au Sénégal devient de plus en plus inquiétante. Plus les jours s’écoulent, plus on compte de cas. Au Sénégal, les chiffres font « peur » car ils affichent environs 6000 nouveaux cas par an avec 9 centres d’hémodialyses publics et environs 4 dans le privé à travers le pays. Parmi ces centres figurent celui de Ziguinchor. Dans cette partie sud du pays, seul l’hôpital régional de Ziguinchor possède un centre d’hémodialyse pour toute la Casamance et la sous-région. Notre dossier santé s’est penché sur ce sujet qui commence à inquiéter les populations.

Après les centres de Dantec, Principal, HOGGY (ex Cto), Hôpital de Ouakam et celui des Maristes ainsi que les cliniques privés, celui de Ziguinchor se positionne dans le lot.

Située dans la partie sud du pays, la région de Ziguinchor abrite le seul et l’unique centre d’hémodialyse. Plusieurs malades se rencontrent dans ce centre pour des séances d’hémodialyse et autres soins qui nécessitent l’usage de l’unique l’appareil du sud et de la sous-région.

Dans ce centre, se cotoyent des malades venus de la région de Ziguinchor, Sédhiou, Kolda et même de la sous-région à l’image de la Gambie, de la Guinée pour ne quitter ceux-là. Ainsi, au moins une vingtaine de cas sont diagnostiqués par jour et dont les coûts ne sont pas à la portée de tous.

Ainsi, l’insuffisance rénale se manifeste sous deux formes : aigue et chronique. Pouvant atteindre tous les âges et tout sexe, l’insuffisance rénale est une maladie « très grave et pour la détecter, il faut un dépistage » estime le néphrologue Dr Yaya Kane du centre hospitalier régional de Ziguinchor dans une interview faite par nos confrères de la Rts.

Parmi les causes principales de cette « tueuse silencieuse », il y a l’hypertension artérielle qui, si elle n’est pas prise en charge peut aboutir à  l’insuffisance rénale chronique. Ensuite, vient le diabète que ce soit de type 1 ou 2 cela peut aussi aboutir à une insuffisance rénale chronique en cas d’absence de bon suivi. En fin, la troisième cause de l’insuffisance rénale au Sénégal c’est la phytothérapie qui est très pratiquée dans le pays. Les remèdes de cette médecine contiennent souvent des éléments toxiques et le dosage aussi est un autre problème.

Dans ce sens, pour une meilleure prise en charge des pateints d’insuffisance rénale, le gourvernement ainsi que les autorités et même les bailleurs de fonds doivent réagir au plus vite en construisant de nouveaux centres d’hémodialyse surtout dans cette partie sud du pays. A cela il faut ajouter le nombre insuffisants de néphrologues dans l’ensemble du territoire national qui commence à semer l’inquiétude du côté surtout de populations.

Ainsi avec un nouveaux centre, les patients de cette maladie encore plus grave qu’on ne l’imagine vont pouvoir réduire les dépenses avec tout ce qui va avec, surtout quand la personne se trouve par exemple dans un coin reculé de Vélingara ou encore de Kolda.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE