Infanticide: Mariée de force à 15 ans, elle tue son bébé né d’une relation adultérine

Infanticide: Mariée de force à 15 ans

Une femme victime de viol.

Dimanche 26 mars. Il est 10 heures à Bène Tally, au Robinet Lassana. Sortis de leur grâce matinée dominicale, les habitants vaquent à leurs occupations. Soudain, une clameur parcoure le quartier: un bébé abandonné dans une fosse sceptique vient d’être découvert.

Désignée comme l’auteure des faits criminels, la jeune M.T, âgée de 16 ans, est au centre de cette sordide affaire qui trouve son fondement dans un mariage précoce contracté, contre sa volonté, un an auparavant.

Même si ce fait précurseur de la vie sexuelle de la jeune fille n’excuse pas son acte, on explique dans son entourage qu’elle a été mariée, de force, au village à un homme avec lequel elle ne partageait rien sinon le lit. Dépitée par cette relation contrainte, elle avait décidé de quitter le village pour Dakar où elle a rejoint deux de ses grandes sœurs employées de maison: Rose et Anna.

Après avoir réussi à quitter son milieu rural, M.T est logée dans la chambre de ses soeurs au coeur de ce populeux quartier dortoir. Et une fois à la vie citadine, elle s’est entichée d’un homme. Et vivait, avec ce dernier, de manière discrète. Mais, contre toute attente, elle a contracté une grossesse qu’elle a réussi à garder secrète, un temps.

« En interne, on craignait la réaction de la famille du mari abandonné« , a t-on expliqué à Kewoulo.info. C’est ainsi que, à l’abri des yeux inquisiteurs des nombreuses familles qui partagent la cour commune du quartier, la jeune M.T est parvenue à conduire sa grossesse à son terme.

Hier dimanche, prise par des douleurs prénatales, elle a réussi à mettre au monde un nouveau né: de sexe féminin. Dans un secret qu’elle pensait absolu, elle va réussir à s’en débarrasser. Et la vie aurait pu continuer son oeuvre si un extraordinaire concours de circonstance n’était pas venu s’en mêler.

Ce dimanche 26 mars, vers les coups de 10 heures, alors qu’il avait senti le besoin de se soulager, un voisin est entré dans les W.C. Après avoir fait ses besoins, il a essayé d’évacuer sa m… avec un seau d’eau. « Mais, j’ai remarqué que les c…ne partaient pas. Alors, j’ai pris une barre de fer et commencé à pousser dans le tuyau, pour le déboucher. Une fois de plus, j’ai remarqué que ça ne bougeait pas. » A déclaré le dernier usager des toilettes communes.

Décidé à ne pas laisser les toilettes dans cet état, l’homme est allé se procurer de gants et a mis les mains dans….le trou. Remarquant, du coup, la présence d’un corps étranger -enveloppé dans un sachet plastique- dans la canalisation. Déterminé à faire fonctionner l’évacuation, il s’est mis à tirer sur l’obstacle et finit par sortir … le corps sans vie d’un être humain. Un nouveau né, si nouveau qu’il avait encore, avec lui, son cordon ombilical.

Après le choc, la stupéfaction. Des cris se font entendre et les demoiselles de l’immeuble se regardent en chiens de faïences. Passé le temps de la stupéfaction, l’heure est à l’enquête interne d’abord. A défaut de voir une volontaire se dénoncer, un locataire prend sur lui la décision d’aviser le commissariat de police des HLM 5.

Immédiatement, policiers et sapeurs pompiers débarquent sur les lieux. Après le constat de police, les premières  auditions de témoins sont faites sur place, avant que les auteurs comme les traces du crime ne disparaissent avec le départ du petit corps, enlevé par les sapeurs  pompiers.

Dans la foulée, une dame s’est souvenue avoir entendu des gémissements de « femme en travail » vers 2 heures du matin. « Elle a déclaré avoir reconnu les voix de Anna et Rose parlant à leur soeur, une jeune fille, visiblement criblée de douleurs. » A témoigné à kewoulo.info un témoin de la scène.

Désignées par ce témoignage accablant, les deux soeurs sont interpellées. Face aux policiers, elles vont avouer en savoir un peu… voire trop. « Elles ont déclaré que leur soeur pourrait être l’auteure de ces faits puisqu’elle a accouchée, plus tôt, vers 5 heures du matin« , nous a déclarés une source judiciaire.

Mais, pour se dédouaner, elles ont raconté ne pas savoir où elle se trouvait actuellement. Soupçonnant qu’elles puissent avoir aidé leur frangine, les deux ainées sont mises aux arrêts et conduites au poste de police des HLM 5. Face aux hommes du lieutenant Abdou Sarr, elles ont été contraintes de collaborer à l’enquête.

« C’est ainsi qu’elles ont accepté d’appeler, au téléphone, leur petite soeur qui, ne se doutant de rien, est revenue sur ses traces, dans la maison du crime », a confié notre témoin à Kewoulo.info.

Cueillie sur place par les policiers, M.T a rejoint ses soeurs en garde à vue, aux HLM. En début d’après midi -puisque la permanence est assurée par le commissariat d’arrondissement- le trio a été transféré au Point E où il revient, désormais, au commissaire Daouda Bodian de situer la responsabilité de chacune des soeurs dans ce crime odieux.

 

Laisser un commentaire