Guinée: Plus de 2 millions de personnes dans les rues pour s’opposer au projet de 3ème mandat

La rue publique guinéenne s’est, ce soir, prononcée sur le projet de 3 ème mandat présidentiel prêté au chef de l’Etat guinéen, le professeur Alpha Condé. Comme ils l’avaient fait sous Lassana Conté, refait sous le sulfureux Moussa Dadis Camara -manifestation qui avait conduit, le 28 septembre 2009, au massacre du stade du 28 septembre, les Guinéens sont sortis en masse, cet après midi, pour dire non au projet de 3ème mandat du président de la République. « Atoudjé« , « Kougni dabla« , ont scandé, en malinké, les manifestants demandant à Alpha Condé d’abandonner son projet de révision constitutionnelle.

Ce projet, faut-il le rappeler, avait été évoqué, pour la première fois sur le plan international, par l’ancien ministre sénégalais des Affaires Etrangères. Ce jour là, lors d’une rencontre de l’Union africaine, Mankeur Ndiaye avait mis les pieds dans le plat en faisant savoir que « le Sénégal et ses partenaires africains ne voulaient pas entendre cette possibilité de changement de constitution. »

Courroucé par cette courageuse remarque, le président guinéen s’était plaint du comportement peu diplomatique de Mankeur Ndiaye. Conséquence directe de cette sortie ou hasard du destin, le ministre sénégalais a, peu de temps après, été limogé. Et, alors qu’il n’avait jamais avoué son intention de vouloir se représenter, Alpha Condé a entretenu le flou sur le sujet. Et l’opposition, conduite par Cellou Dalein Diallo, qui a trouvé là une nouvelle occasion de rassembler tous les démocrates africains, a repris son bâton de pèlerin. Et trouvé là une nouvelle occasion de se présenter en chef de l’opposition. Ce soir, c’est au cri de Vive le FNDC que les militants tenu le stade en haleine. Main dans la main, Bâ Oury et Cellou Dalein Diallo, frères ennemis issus de l’UFG, ont été les grandes attractions de cette après midi historique.

Si la police guinéenne, qui a sécurisé la manifestation, n’a pas donné de chiffres, des observateurs sur place, contactés par Kewoulo, ont laissé entendre que « la manifestation a rassemblé plus de 2 millions de personnes. » Cette estimation pourrait être sous évaluée si l’on se fie aux images ariennes du stade et de ses environs immédiats. « Le stade du 28 septembre était trop petit pour contenir tout le monde, mais grâce à une bonne protection policière tout s’est bien passé« , ont reconnu ces sources guinéennes consultées par Kewoulo. De son côté, le patron de la police guinéenne s’est félicité que ses hommes aient pu encadrer cette immense foule, sans le moindre incident.

Au moment où ces lignes sont écrites, la manifestation vient de se terminer et la nuit a couvert la capitale guinéenne. Et, au vu du comportement plus que républicain des policiers et forces de sécurité qui sont pourtant connus pour leur brutalité à l’endroit des opposants, pour plaire au prince régnant, tout porte à croire qu’un verrou psychologique vient de sauter, ce soir, à Conakry. Et, en tant que historien, le président Alpha Condé doit avoir suffisamment d’exemples -de projets de confiscation de la volonté populaire- à méditer pour ne pas être tenté par le syndrome Abdoulaye Wade.

LAISSER UN COMMENTAIRE