Diplomatie: Mankeur Ndiaye fâche Alpha Condé et créé un malaise à Addis Abéba

Diplomatie: Mankeur Ndiaye fâche Alpha Condé

1

C’est une incompréhension mineure qui risque de causer de gros ennuis diplomatiques entre le Sénégal et son voisin guinéen. Les « remarques maladroites » du patron de la diplomatie sénégalaise ont réussi à courroucer le président guinéen, Alpha Condé, qui s’est senti visé par des propos « malveillants » de Mankeur Ndiaye.

 

Mankeur Ndiaye qui répondait à Condé voulait préciser, à l’attention des chefs d’Etat de l’Union africaine et des chefs de délégation, que le président sénégalais, Macky Sall, n’était pas intéressé par « un troisième mandat » à la tête du Comité d’orientation du Nepad après une première élection en 2013 suivie d’un second mandat en 2015.

Le président guinéen a compris que, par mépris, le chef de la diplomatie essayait de lui donner une leçon de démocratie; en soutenant que le président sénégalais, en grand démocrate, était contre les troisièmes mandats synonymes, pour les « pères africains de la nation », de perpétuation de leur mandat, à la tête de leurs Etats.

Et comme le président guinéen -depuis le soutien sénégalais à la capture de son ami, Laurent Gbagbo, en Cote d’ivoire, et la chute de Yahya Jammeh, en Gambie, cherchait toutes les occasions pour se mesurer à ses « frères » sénégalais, le professeur Alpha Condé a ouvert les hostilités en déclarant que « les questions de troisième mandat sont une injonction des Blancs à laquelle les Africains ne doivent pas se plier. »

Très remonté contre le ministre sénégalais des Affaires étrangères qui a quitté la salle devant une assistance médusée, Alpha Condé a déclaré  que « il appartient aux peuples de décider si on peut faire, ou pas 3, 4 ou 5 mandats. »

Une déclaration qui, même si elle n’a pas déplu aux présidents congolais, Zimbabwéen et autres potentats africains, n’a pas été accueille par des expressions de joie. Comme si tout le monde sentait venir l’incident, les délégués africains au sommet d’Addis Abéba se sont tous murés dans un silence gêné.

La « maladroite réponse » de Mankeur Ndiaye est intervenue suite à la demande de Alpha Condé de dissoudre le comité d’orientation du Nepad dirigé, depuis deux mandats, par le Sénégalais Macky Sall.

Puisque cette question évoquée par le président de l’Union Africaine, Alpha Condé, n’était pas inscrite à l’ordre du jour, le chef de la diplomatie sénégalaise a souligné que cette question n’a fait l’objet d’aucune délibération ni au comité des représentants permanents (Corep) ni au Conseil exécutif (Conseil des ministres), encore moins durant les travaux du sommet.

C’est pourquoi, Mankeur Ndiaye a demandé le retrait du projet en question, tout en précisant que « le président Macky Sall a été élu à la tête du Comité d’orientation du Nepad en 2013 et réélu pour un deuxième mandat en 2015. Mais, le président Macky Sall n’est pas intéressé par un troisième mandat ».

1 COMMENTAIRE

  1. Désolé! Y’a eu aucune incompréhension. C’est celui qui s’est senti morveux qui s’est mouché. La question évoquée par le ministre sénégalais Mankeur N’Diaye est une problème fondamental de bonne gouvernance, donc de démocratie véritable. Exhorter les chef d’État au respect scrupuleux de la limitation des mandats présidentiels n’a rien d’outrangeant. Cela nous même les citoyens africains le souhaitons. Dans son for-interieur, Le Président Condé sait qu’il n’est pas dans la normalité. Sa réaction n’a été que la suite logique de son intention et de ses ambitions.

Laisser un commentaire