«Guédiawaye by rap» : Un festival de polémiques pour Fou Malade

Guédiawaye by rap

0

À moins d’un mois du festival «Guédiawaye by rap», la polémique enfle. L’initiateur de la manifestation, le rappeur Malal Talla, accuse le ministère de la Culture et de la Communication ainsi que la commune de Wakhinane Nimzatt, dirigée par son frère, Racine Talla, directeur général de la Rts, d’avoir manqué à leurs engagements de le soutenir.

Il dit : « Cette année on risque de supprimer la partie internationale de ce festival, parce que jusque-là, les engagements pris par la mairie de la ville de Guédiawaye et la commune de Wakhinane Nimzatt, n’ont pas été respectés. C’est leur soutien qui nous permettait de payer le voyage des artistes internationaux, leur hébergement et leurs cachets. »

Celui qui porte le nom d’artiste de Fou Malade croit savoir que si ces soutiens de son festival tardent à lui tendre la main, c’est à cause de ses positions hostiles contre le régime en place, notamment sous sa casquette de responsable du mouvement Y’en a marre.

À en croire le directeur des Arts, Abdoulaye Koundoul, Malal Talla dit des contrevérités. Il manque de s’étrangler : «Je tombe des nues. Je l’ai appelé la semaine dernière pour lui demander de passer mercredi (aujourd’hui, NDLR) à la direction des Arts pour qu’on signe une convention pour l’appui à son événement. L’année dernière, il a été soutenu à hauteur de 500 mille francs CFA. Nous recevons presque 2500 demandes par an, pour un budget très maigre.»

En promettant que le ministère de la Culture et de la Communication respectera son engagement, Koundoul indique que « Guadiawaye by rap » fait partie des événements que la tutelle compte utiliser comme « tribune d’amplification de (ses) messages».

Le ton est plus dur et plus radical au niveau du maire de Wakhinane Nimzatt. Racine Talla jure que son frère « raconte des histoires». Que sa commune a bel et bien soutenu son festival. Mais à sa manière, selon ses moyens et suivant ses priorités.

« S’il a cette subvention (versée par l’Oif, NDLR), c’est grâce à la mairie, parce que c’est elle qui lui signe ses papiers d’engagement, chaque année, corrige le directeur de la Rts. (…) L’aider n’est pas une obligation pour la mairie, et il n’y a pas de ligne pour ça. Il n’organise pas ce festival pour la commune de Wakhinane Nimzatt. Pourquoi le subventionner alors ? Il essaye de manipuler la presse, mais il ne peut pas me manipuler. »

(Source : Enquête)

Laisser un commentaire