France : La thèse du suicide écartée dans l’accident mortel de la gare de Raincy, la piste du malaise privilégiée

France : La thèse du suicide écartée

0

 

L’affaire du Sénégalais mort sous un train à la gare de Raincy, en Seine Saint Denis, a connu des avancements. Si la police judicaire française n’a pas encore daigné remettre le corps, en vu de son rapatriement vers le Sénégal, de nouveaux témoignages sont venus balayer la thèse du suicide comme évoquée dans notre dernière édition.

Vingt-quatre heure après la publication de notre dernier article consacré à l’accident mortel de la gare de Raincy qui a causé le décès d’un compatriote Sénégalais, de nouveaux témoignages, en provenance de la France, sont venus éclairer d’un jour nouveau le drame de la gare. Selon de nombreux témoignages parvenus à la rédaction de Kewoulo.info, la victime, âgée d’une cinquantaine d’années, ne s’est jamais suicidée.

«Il est tombé sous un train. Et la police qui garde encore le corps, à l’institut médical, cherche à déterminer les circonstances exactes de la chute mortelle», a t-on appris de source proche de la famille du défunt.

Comme cette source, généralement bien informée de tout ce qui se passe dans le milieu sénégalais, l’un des doyens des Sénégalais de Paris, M. Bamba Guèye Lindor, qui connaît bien la famille du disparu a déclaré que «le gosse», qu’il connaît, est très loin du portrait dressé dans les colonnes de Kewoulo.

«Il ne pourrait jamais attenter, ainsi, à sa vie. C’est un croyant, un pratiquant, qui envoyait tous les vendredis des rappels coraniques à presque tous ses contacts. C’est un homme généreux que j’ai vu grandir, ici, à Paris. C’est un garçon très bien éduqué et il est bien entouré par toute sa famille. Il ne lui viendrait jamais la scabreuse idée de mettre un terme à sa vie.»

Comme Bamba Guèye Lindor, des témoins proches de la victime ont déclaré que, bien que sorti de deux mariages, l’homme n’avait pas de problèmes financiers. Et il n’a jamais été question qu’il soit sous le coup de pensions exorbitantes qui puissent le conduire à perdre pieds.

«D’ailleurs, ce jour-là, il était avec son épouse qu’il accompagnait à la gare. Et, c’est en retournant que l’accident a eu lieu à la gare de Raincy», a tenu à préciser une cousine de la victime.

Contrairement aux informations livrées par une de nos premières sources, la victime -qui vit en France depuis, presque 40 ans-, n’y a amené aucun membre de sa famille. «C’est notre père qui nous y a tous amené. Certains sont nés et ont grandi ici. Et (la victime) était très serviable, certes, et il était très proche de nous tous. Comme nous avons toujours été la pour lui. Nous aurions remarqué qu’il perdait pieds si c’était le cas. »

 

Laisser un commentaire