Exclusif: L’oncle de Assane Diouf fustige l’injustice de Macky Sall et appelle à la libération de son neveu

Exclusif: L'oncle de Assane Diouf

On a connu l’iconoclaste neveu, il faut maintenant faire avec le méticuleux oncle. Aux antipodes d’un Assane Diouf qui a usé et abusé de grossièretés pour se entendre par le monde et réussir à embastiller, Balla Diouf lui a une manière plus conventionnelle de crier sa colère. Il voudrait, simplement, que le président Macky Sall libère son neveux et lui octroie un passeport diplomatique pour qu’il puisse rejoindre sa famille aux Nouvelles Orleans.

Mieux que Me El’hadji Diouf, le détenu Assane Diouf a un avocat d’une grande pertinence et doté d’une grosse capacité de persuasion. Bouna Ndiaye, l’oncle de l’insulter public n°1 du Web a pris sa robe d’avocat pour sortir son neveu de la mauvaise passe dans laquelle il s’est retrouvé depuis son embastillement. Dans cette vidéo exclusive réalisée par Kewoulo, il s’adresse au chef de l’Etat, Macky Sall, pour qu’il puisse faire bénéficier à Assane Diouf de la même magnanimité qu’a bénéficié une certaine Penda Ba, une autre célèbre amatrice de gros mots. Plus posé que le neveu et mieux que lui structuré dans la déclamation de ses doléances, Bouna Ndiaye voudrait que, à titre humanitaire, le chef de l’Etat puisse faire usage des prérogatives qui s’attachent à sa fonction. Et faire bénéficier au patron des écorchés vifs du Web des privilèges du passeport diplomatique. Et puisse retourner auprès des siens, aux Usa.

Comme une certaine Penda Bâ -qui aurait bénéficié de l’attention toute particulière du gouvernement-, Bouna Ndiaye voudrait que le président mette fin à la détention préventive de Assane Diouf. Aussi, l’oncle du détenu le plus surveillé de la prison centrale de Dakar a fait appel à la Première dame, Marième Faye Sall -qui est mère de 3 enfants- pour qu’elle pense à la douleur des enfants de Assane Diouf, privés qu’ils sont de l’amour de leur père ; alors qu’ils sont de très bas âge. Aussi, l’oncle voudrait que Macky Sall puisse reconnaître que son neveu n’est pas un terroriste contrairement aux fausses accusation du Sénégal auprès des autorités américaines. « Assane Diouf est incapable de tuer une mouche », a martelé l’oncle.

Voulant que le chef de l’Etat puisse faire l’objet d’une grandeur d’âme, Bouna Ndiaye a rappelé que «c’est un privilège que Dieu a fait à Macky Sall», en le choisissant parmi les 14 millions de Sénégalais. Ce choix doit guider les actions quotidiennes du chef de l’Etat qui doit penser à tous ses enfants ; puisqu’il est, en quelque sorte, le garant du destin de tous. Aussi, Bouna Ndiaye -qui crie la douleur des siens dans les studios de Kewoulo- voudrait que les mots de Assane Diouf aussi désagréables qu’ils puissent paraitre puissent être perçus, par le chef de l’Etat, comme l’expression saine de la révolte d’un peuple qui s’est senti trahi. Divisé selon ses accointances avec le régime et abandonné à lui-même. Loin de partager les mots et maux de Assane Diouf, Bouna Ndiaye pense que le pays a besoin de plus d’attention de la part de son chef.

 

Laisser un commentaire