Élections américaines: Quand Obama ridiculise Donald Trump

    Élections américaines: Quand Obama ridiculise Donald Trump

    Le président américain a tiré quelques flèches en direction de Donald Trump, mardi lors d’une conférence de presse organisée en marge de la visite du Premier ministre italien, Matteo Renzi. « Arrêtez de pleurnicher! », a-t-il lancé au candidat républicain.

    La vidéo de l’invective de Barack Obama à l’attention de Donald Trump montre avec quelle mesure l’actuel pensionnaire de la Maison Blanche maîtrise l’ironie et le sens de la formule.Interrogé sur les allégations du magnat de l’immobilier au sujet de fraudes électorales, Barack Obama l’a traité d’irresponsable. « C’est irresponsable et, entre nous, cela ne montre pas (les qualités) de dirigeant et de fermeté que l’on souhaite d’un président. Doit-on commencer à pleurnicher avant même que les jeux sont faits? Si les choses devaient tourner en votre défaveur et que vous perdiez, vous allez blâmer quelqu’un d’autre? », interroge-t-il, décontracté.

    « Si c’est le cas, cela signifie que vous n’avez pas la carrure pour faire ce job » ajoute-t-il, en pointant derrière lui le bureau oval. « Donc je conseillerais à M. Trump d’arrêter de pleurnicher et d’essayer de défendre ses opinions pour obtenir des suffrages ». Comme pour mieux mettre en évidence le peu d’élégance de l’adversaire d’Hillary Clinton, Barack Obama a ensuite mis en exergue les valeurs à défendre lorsqu’on prétend à devenir la personne la plus puissante du monde occidental.

    « Et s’il obtient le plus de voix, j’attendrais d’Hillary Clinton qu’elle le félicite et lui promette de collaborer, pour garantir au peuple américain les bénéfices d’un gouvernement efficace. Et il serait de mon devoir de souhaiter la bienvenue à Monsieur Trump, en dépit de ce qu’il a pu dire à mon sujet ou de nos opinions divergentes, et de l’escorter jusqu’au Capitole où se déroulerait une passation de pouvoir pacifique. C’est ce que font les Américains et c’est pourquoi l’Amérique est déjà grande », allusion au slogand de campagne du représentant du GOP « Make America Great Again ».

    Loin de s’émouvoir, l’intéressé s’est plutôt contenté de tweeter de nouvelles accusations à l’égard de son adversaire. « Hillary est la personne la plus corrompue à avoir jamais concourru à la présidence des Etats-Unis », a-t-il notamment posté. De quoi donner le ton à quelques heures du troisième et dernier débat entre les deux candidats prévu dans la nuit de mercredi à jeudi.

    Laisser un commentaire