Vidéo: Double drame des jeunes mariés, les zones d’ombre d’une affaire très louche

Double drame

L’affaire du double drame des nouveaux mariés de la Saint Sylvestre n’a pas fini de livrer ses secrets. Le comportement de l’homme et la découverte de son lieu de pendaison assombrissent davantage cette nébuleuse.

La mort mystérieuse du jeune couple, marié le 31 décembre 2016, garde intacte ses zones d’ombre et, à défaut d’une autopsie qui aurait pu mettre un jour nouveau sur l’affaire, les questions posées par le public restent sans réponse. Fatou Bintou Boye et Samba Kambé n’ont, toujours, laissé aucun début de compréhension du mystère de leurs morts brutales.

Tout ce que l’on sait, pour le moment, c’est que l’éphémère madame Kambé était étudiante à l’Institut Supérieur d’Entrepreneurship et de Gestion (ISEG) où elle faisait sa deuxième année de journalisme et communication. Le mari quant à lui était chauffeur de taxi et circulait dans Dakar intra muros sans qu’il ne se soit jamais fait signaler par aucun comportement dangereux qui puisse prévenir de ce qui allait leur arriver, sa femme et lui.

Résidant à la Sicap Liberté 6 Extension, leurs voisins n’arrivent toujours pas à croire à ce double drame bien qu’une semaine soit, maintenant, passée depuis le douloureux événement.

Pour rappel, c’est une odeur nauséabonde qui avait poussé un voisin des disparus à aller voir le chef du quartier pour l’informer de la disparition soudaine du jeune couple qui venait d’aménager. Et lui signaler, à l’occasion, l’apparition dune forte odeur en provenance de leur appartement.

« C’est moi qui ai appelé la police et les sapeurs pompiers. » A déclaré le chef de quartier dans une enquête menée par Pikini Production. Les premiers policiers arrivés sur les lieux, en compagnie des Sapeurs Pompiers, ont trouvé porte close; une entrée défoncée et ont fini par tomber sur ce spectacle désolant: Fatou Bintou Boye était là, son corps sans vie en état de décomposition très avancé.

Alors que ce genre de situation requiert une autopsie pour connaître les causes de la mort, le procureur de la République a laissé procéder à son enterrement. Officiellement, « l’état de décomposition cadavérique ne permet pas à ce que l’on procède à une autopsie » assure t-on du coté du parquet de Dakar.

Soudain, alors que les proches procédaient à la mise sous terre de Fatou Bintou Boye, au cimetière de Pikine, ils sont informés de la découverte du cadavre de Samba Kambé, le mari, à Médina Wandifa (Sédhiou), une localité distante de 300 km et communément appélé Croisement Diaroumé.

Ici, il est inconnu des populations. Et n’y a jamais séjourné comme de nombreux témoins ont déclaré « ne pas lui connaître de famille dans tout le patelin. » Le mystère est d’aussi plus dérangeant que Samba Kambé est, comme sa défunte épouse, originaire de de l’ile de Gorée -une zone paisible avec moins 100 habitants- et le mari n’était pas sur place, au domicile familial, le  jour où la police était venue ouvrir la porte de son appartement.

D’après les témoignages recueillis auprès de Abdallah, un des responsables à l’institut où Fatou Bintou Boye étudiait, « la jeune femme était brillante, calme, n’avait pas  beaucoup de problèmes, et s’entendait avec ses amis de l’école. » Même son de cloche au sein de sa famille qui, par respect de leur anonymat, ont refusé de témoigner à visage découvert.

Même si, pour le moment, rien ne permet de croire que le mari puisse être lié au décès de son épouse -puisqu’en l’absence d’une autopsie et d’une constatation médico-légale on ne peut parler de meurtre-, tout porte à croire Samba Kambé savait que son épouse est décédée. C’est trois jours après son départ de Dakar que le corps de son épouse a été découvert.

Quand on sait qu’il ne faut juste que 5 heures pour se retrouver de Dakar à Médina Wandifa -compte tenu de l’état dégradé de la route et de la traversée de la transgambienne- le mari avait tout le temps de disparaître. Et lorsque l’on sait qu’il errait dans la petite ville sans « aucune attache territoriale » et « ne mangeait que dans des gargotes », il donne tout l’air d’un fugitif.

Maintenant, le travail de la police de Dieupeul comme de la gendarmerie territoriale de Sédhiou qui a hérité du dossier de Médina Wandifa seront d’identifier les causes de ces drames post nuptiaux.

 

Laisser un commentaire