Dernière minute: Le bilan des morts de Tambacounda est passé à 3 morts

Texte alternatif de la bannière

La liste des victimes des violences électorales ayant opposé militants de Benno Bokk Yaakar et gardes rapprochés du PUR n’est pas encore exhaustive. Après qu’on ait regretté la perte en vie humaine de deux jeunes de Tambacounda, les services sanitaires de la capitale du Sénégal oriental ont annoncé le décès d’une troisième personne.Lui aussi était militant de la mouvance présidentielle.

Le bilan des victimes des violents affrontements de Tambacounda n’est pas encore définitif. Après que le pays ait déploré le meurtre de Ibrahima Diop, tailleur au quartier dépôt, et regretté la mort de Mathieu heurté par le 4X4 en fuite du PUR, c’est le décès d’une troisième personne en soins intensifs à l’hôpital régional de Tambacounda qui a jeté l’émoi sur la ville. Comme les deux victimes dénombrées dans la journée et dont le sort avait révolté les populations les poussant à improviser une marche, l’annonce de ce troisième décès va crisper l’atmosphère ce matin. Et radicaliser les partisans du parti présidentiel aveuglé par leur désir d’en découdre avec tous ceux qui sont assimilés à des militants ou sympathisants du PUR.

Comme les deux premières victimes, le dernier décédé faisait partie du groupe de jeunes apéristes qui avait tendu une embuscade à un des véhicules du cortège du PUR pour empêcher que les partisans de Issa Sall ne puissent quitter la ville. C’est pour se dégager de ce piège, que le chauffeur qui a foncé dans le tas -pour se dégager- a fini par renverser un groupe de jeunes. Sorti de ce guet-apens, le véhicule avait fini sa course folle dans les bois, en contrebas de la route. Et il a été rattrapé -200 mètres plus loin- par des jeunes armés qui y ont mis le feu.

Ses occupants avaient pris la fuite. Auparavant, ce sont les journalistes accompagnant le candidat Issa Sall qui avaient échappé de peu au lynchage: de nombreux reporters avaient été blessés, agressés et leur véhicule brûlés par les militants de l’APR. Pour se tirer d’affaire, ces journalistes abandonnés par le cortège en fuite s’étaient regroupés au sein d’une structure de santé de Tamba d’où ils avaient été exfiltrés, la nuit, par des gendarmes qui ont organisé leur retour vers Dakar.

Si, sur le lieu du choc, le corps d’un jeune répondant au nom de Mathieu avait été récupéré, c’est  à l’hôpital que le second blessé a rendu l’âme, hier nuit. Et, au moment où ses lignes sont écrites, de nombreux blessés sont encore internés à Tambacounda; dont certains ont été poignardés à la suite de la bagarre qui a été les prémices de ce qu’on l’on peut, désormais, appeler le drame de Tamba. Si le PUR tient le parti présidentiel pour responsable de cette violence, Macky Sall, qui est en visite à Ziguinchor a déclaré -sans les nommer- que « les politiciens qui ont appelé à la révolte sont les responsables de ces actes de violences. Et devront en répondre devant les tribunaux. » 

Même s’il n’est pas nommé directement, tous savent que « ces responsables » dont parle Macky Sall ne sont personne d’autre que Abdoulaye Wade et Abdoul Mbaye, l’ancien premier ministre. Si le Pape du Sopi avait dit qu’il venait au Sénégal pour empêcher la tenue de cette élection présidentielle, Abdoul Mbaye, lui, avait clairement appelé à s’opposer à « la dictature de Macky Sall.« 

Laisser un commentaire