Chronique: Laye Wade, coupé-décalé ! Par Adama Gaye

Chronique: Laye Wade, coupé-décalé ! Par Adama Gaye

0

Alors que Buhari, moribond, s’accroche à son fauteuil de Président du Nigeria, sans aucun espoir de pouvoir assumer sa lourde charge, voilà qu’un autre vieux africain, l’un des nôtres, nous prouve qu’il y a décidément une maladie mortelle qui guette la démocratie africaine.

Comment comprendre autrement la sortie d’Abdoulaye Wade exigeant que son propre fils, Karim, et personne d’autre, soit le candidat à la présidentielle de son propre Parti, le Parti dit démocratique Sénégalais.

Dégoûtant ! De quoi, pour ma part, donner envie de s’exiler du Sénégal. Et probablement une recette involontaire pour susciter un mouvement de sympathie pour…Macky Sall, malgré ses échecs et compromissions.

Quel est le Sénégalais qui va accepter ce fort relent monarchique que dégage le discours de l’ancien Président Sénégalais ? Pas moi !

Qu’il soit accueilli par 2 ou 3 millions de compatriotes à son retour plus factice que réel, n’y change rien.

Je suis contre la monarchisation de la démocratie, et je ne suis pas Wade Abdoulaye dans ce baroud insensé que je n’ose pas qualifier d’honneur.

Le choléra volerait il au secours de la peste ?

En 2012, l’obsession à faire de son fils son successeur à la tête de notre pays avait accentué son propre rejet, déjà montant, auprès des Sénégalais. Je crains que sa sortie de route d’hier pour l’imposer à nouveau ne fasse des dégâts irrattrapable: imaginons un Hemuth Kohl exigeant des Allemands qu’ils votent pour son fils ou que Trump le fasse pour le sien. Il y a chez Laye Wade, un penchant pour le coupé-décalé, au service de son rejeton qui frise la…folie.

Qui peut lui dire de se montrer pour une fois démocrate? S’il persiste, certains, comme moi, sont prêts à soutenir le diable rien que pour lui dire que le Sénégal ne s’appelle pas…Wade.

La Grande question est celle de savoir pourquoi les Sénégalais, en suivant les assassins de leur démocratie, acceptent-ils d’être les complices des porteurs de désespoirs, qu’ils se nomment Macky-lemilliardaire-voleur, Khalifa-la-caisse, Wade-le-fils et j’en passe? Y compris une classe politique égoïste que l’on voit se déployer même sous des oripeaux citoyens mais ne sont que des regroupements d’amis ou d’autocrates en puissance rêvant de s’asseoir au banquet des ressources budgétaires et naturelles du pays pour…bouffer, eux aussi.

Pourquoi les sénégalais restent-ils bras croisés quand ils constatent le silence de la classe politique dans les scandales des hydrocarbures, du baccalauréat, du CosPetroGaz, de la démocratie étouffée? Quand comprendront-ils que la vraie révolution pour se tirer de leur trépas viendra de leurs propres rangs -et non de ces forces du mal?
Triste. Rêvons.

—Les gens qui veulent créer un climat de terreur peuvent aller au diable. Ce sera dent pour dent. Il faut que le débat public cesse d’être capturé et pour les défenseurs de l’indéfendable je ne les laisse pas dans mon espace, démocratiquement !

PS: il faut annuler le deal Atepien autour de l’Institut du Pétrole et du Gaz. Vaste arnaque…

Laisser un commentaire