Braquage de Dakar: début de pistes sur la trace des braqueurs des agences bancaires

Braquage de Dakar

L’enquête est ouverte par la police judiciaire sénégalaise. Et la hiérarchie policière promet de frapper fort. Entre temps, les malfaiteurs ont fait une razzia à Dakar.

Les malfaiteurs qui sont venus titiller les forces de l’ordre dans leur antre -au cœur d’un cercle formé par la caserne de gendarmerie du front de terre, de la prison du camp pénal, du commissariat de Dieupeul, du commissariat de Grand Yoff, de la brigade de gendarmerie de la Foire, du camp militaire Lemoine ect.- continuent de courir.

Depuis l’annonce de leur méfait et le branle-bas suscité dans les rangs des forces de l’ordre, défiées dans la capitale qu’elles voulaient « citadelle imprenable », des témoignages commencent à tomber. Et ils permettent d’avoir une petite idée du mode de fonctionnement des malfaiteurs.

A en croire les premiers témoignages obtenus par les enquêteurs du commissariat de Dieupeul, « les brigands sont au nombre de 3 et circulent  à bord de moto-scooters. » Aussi, les témoins oculaires ont déclaré que « les braqueurs ont agi à visage découvert et semblaient maitriser leur sujet. »

D’un calme olympien, le trio qui a braqué l’agence RIA -sponsorisée par la banque Atlantique- avait, au préalable, braqué une institution financière de moindre envergure que la dernière. Dans celle-ci, ils ont emporté la somme de 553 600F. CFA. Et, là aussi, ils ont intimidé les occupants des locaux avant de disparaître, calmement, avec le contenu des caisses.

Dans chacun de ces cas, ce sont les victimes qui se sont rendues, des heures plus tard, vers le commissariat de police pour faire leur déposition de main courante. Le premier braquage a eu lieu vers 9 heures. « Mais c’est à 13 heures que les victimes sont venues voir les policiers. », a t-on appris de source judiciaire.

Le second braquage de l’agence sponsorisée par la Banque Atlantique s’est déroulé à 10 heures. Mais, c’est à 11 heures et 40 minutes que les victimes se sont présentées face aux policiers.

Un temps fou que les malfaiteurs ont mis à profit pour disparaître dans la nature. Un temps que les limiers du Sénégal vont devoir chercher à rattraper pour mettre la main sur les nouveaux professionnels du grand banditisme dakarois.

Laisser un commentaire