Bakel : grande marche de protestation des habitants qui exposent les maux de la localité

Bakel : grande marche de protestation des habitants qui exposent les maux de la localité

Les populations de Bakel ont tenu une Grande marche de protestation, ce lundi pour dénoncer les mots qui gangrènent leur société. Ils dénoncent l’absence d’infrastructures routières, les délestages intempestifs et revendiquent une meilleure condition de santé en passant par l’éducation, l’électrification rurale, la sécurité, et l’emploi des jeunes. 

« Nous luttons pour un relèvement du plateau médical du district sanitaire pour en faire un hôpital de niveau 1, ou 2. Nous sommes fatigués des évacuations de nos malades vers Ourossogui ou Tamba avec, très souvent, des pertes en vie humaine. Savez-vous que cette année nous perdrons 66 enseignants dont les remplacements ne sont guère assurés », ont-ils réclamé.

Selon ces populations, le département reste toujours enclavé : « Les Goyes supérieur (villages aux abords du fleuve) et inférieur (villages qui ne se situent pas aux abords du fleuve) sont toujours coupés du reste du pays pendant l’hivernage. Le Boundou souffre également du même problème. Le pont de Béma avait cédé. Nos parents, qui voyagent, sont désemparés. Les routes sont cahoteuses. La route du Fouta est coupée au niveau de Sinthiou Garba ».

A en croire ces habitants, « passer par Kidira-Tamba reste un calvaire ». Car, disent-ils, « les automobilistes ne s’y aventurent même pas ».

Laisser un commentaire