Audio: Jean Paul Diaz pleure son fils et dit que ce sont tous les chrétiens qui ont été insultés par l’arrestation de Barhtelémy Diaz

Audio: Jean Paul Diaz pleure

Jean-Paul Diaz est amer. Comme un certain Abdoulaye Wade pleurant son Karim Meïssa, le géniteur de Barthélémy Diaz est vent debout et compte le faire savoir au monde. Il est révolté par l’arrestation de son fils, un vendredi-Saint, alors qu’il venait de participer à une émission de télé. Et, pour s’attacher le soutien de la communauté chrétienne jusque-là aphone sur le cas, le patron du BCG -petit parti sans militant autre que le vieux lui-même- a déclaré que « ce sont tous les chrétiens qui ont été insultés » par l’arrestation de son fils poursuivi pour délits d’outrage à magistrat et d’offense au chef de l’Etat.

Jean Paul Diaz est en guerre. Outré par l’arrestation de son fils, Barthélémy Diaz, poursuivi pour des délits d’outrage à magistrat et d’offense au chef de l’Etat, le leader du BCG a fait une sortie médiatique pour appeler à la libération immédiate de son fils. Après avoir défendu bec et ongles que son fils n’a insulté personne, le père du maire de Mermoz a déclaré que « ce sont les magistrats qui ont insulté les Sénégalais en rendant un verdict inique. » Aussi, loin de croire que son fils ait contrevenu aux lois, en parlant de façon désobligeante aux magistrats et au chef de l’Etat, Jean Paul Diaz est d’avis que son petit « Barth est victime de la dictature de Macky Sall. »

Après avoir fait le parallèle avec sa propre arrestation, il y a plusieurs année, -il s’était réfugié dans l’enceinte de la cathédrale de Dakar pour échapper à la DIC- Jean Paul Diaz a dit que « à travers l’arrestation de Barthélémy Diaz, un vendredi saint, c’est toute la communauté chérifienne qui a été offensée. »

Cette déclaration, faite au moment où il a compris que son fils risque des mois prison, sonne comme une subtile opération de fumisterie. Jean Paul Diaz cherche, par tous les moyens, à enrôler la communauté chrétienne à ses cotés, pour peser lourd lors des négociations qu’il envisage avec le gouvernement.

De la sorte, un son de cloche d’une quelconque autorité de la communauté chrétienne, appelant à sauver un des siens pendant cette semaine sainte, pourrait avoir plus de poids que les seules voix disparates des socialistes qui ont, désormais, tourné le dos à Barthélémy Diaz et compagnie. Ca s’appelle ratisser large. Y compris en créant des risques de conflits confessionnels.

Pour rappel, Barthélémy Diaz a été arrêté ce vendredi à la sortie d’une émission avec nos confrères de DakarActu. Il avait taxé les magistrats de « prostitués. » Et leur avait demandé s’ils accepteraient « de laisser le chef de l’Etat passer la nuit avec leur épouses s’il leur en faisait la demande. »

Laisser un commentaire