Attentat dans le centre d’Istanbul en Turquie: journée de deuil national

Attentat

Une double explosion a frappé Istanbul samedi soir, à proximité du stade de Besiktas. Le ministère de l’Intérieur turque fait état, dans son dernier bilan, de 29 morts – dont 27 policiers- et de 166 blessés. Dix personnes ont été placées en garde à vue. Une journée de deuil national a été décrétée par les autorités turques.

Avec notre correspondante à Istanbul,  Anne Andlauer

Il était 22h30, heure locale, lorsque deux fortes déflagrations ont retenti dans le centre d’Istanbul, près du Vodafone Arena, le stade de l’équipe de football de Besiktas, situé dans le quartier du même nom, à moins d’un kilomètre de la célèbre place Taksim.

Le ministre de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a confirmé deux explosions – l’une devant le stade, l’autre dans un parc situé juste à côté. La première explosion était celle d’une voiture piégée qui visait un car de policiers stationné devant le stade. Quarante-cinq secondes plus tard, un kamikaze s’est fait sauter dans un parc tout proche, au milieu d’un groupe d’agents.

Les policiers visés étaient chargés de la sécurité aux abords de ce stade, où un match venait d’opposer les joueurs de Besiktas à l’équipe de Bursa. La rencontre était terminée depuis une heure et demie et les supporters avaient quitté le stade au moment des explosions. Le club de Bursa a affirmé qu’aucun de ses supporters n’avait été blessé.

Pas encore de revendication

Le dernier bilan fait état de 29 morts et 166 blessés, a annoncé le ministère de l’Intérieur. Vingt-sept des 29 tués étaient des policiers, a précisé Süleyman Soylu, le ministre de l’Intérieur. Parmi les blessés, dix-sept personnes sont en ce moment au bloc opératoire, six sont en soins intensifs. Dix personnes ont par ailleurs été interpellées et placées en garde à vue en lien avec cette attaque, sur la base d’indices retrouvés dans le véhicule carbonisé.

Les autorités, qui ont décrété une journée de deuil national, n’ont pas encore désigné de coupable pour cette double explosion, qui n’a pas non plus été revendiquée ce dimanche matin. Au-delà des forces de l’ordre, c’est le cœur d’Istanbul qui était visé, puisque le stade de Besiktas est situé à mi-distance de la célèbre place Taksim et des bureaux du Premier ministre.

Cet attentat est la cinquième attaque d’ampleur qui frappe Istanbul depuis le début de l’année. Trois de ces précédentes attaques avaient été attribuées au groupe Etat islamique. La quatrième avait été revendiquée par les Faucons de la liberté du Kurdistan, un groupe proche du PKK.

Laisser un commentaire