Arabie Saoudite : un ancien député sénégalais échappe à la décapitation

    Arabie Saoudite : un ancien député sénégalais échappe à la décapitation

    L’ancien député sénégalais Alcaly Cissé écope de six ans ferme. Sa famille pousse ainsi un ouf de soulagement, parce qu’il risquait la décapitation. Il va devoir payer 1,5 milliard de F CFA pour recouvrer la liberté à la fin de son séjour carcéral, déclarent ses avocats.

    «Alcaly Cissé a déjà purgé 5 ans et demi de prison. Du coup, il ne lui reste que six mois en prison. Il pourrait recouvrer sa liberté le 25 Septembre 2018. Mais il peut même sortir avant cette date».

    Ce qu’il faut savoir sur son état de santé

    A l’occasion d’une conférence de presse, les avocats de la défense ont évoqué l’état de santé de leur client. Selon eux, Alcaly Cissé «est très malade ». Ils informent qu’il souffre d’un « cancer de la prostate à un stade très avancé et, il ne parvient pas à faire correctement ses visites médicales».

    L’avocat demande l’intervention de l’Etat sénégalais pour que le sieur Cissé puisse suivre correctement son traitement. «S’il ne paie pas la totalité de la somme due, il ne rentrera pas au Sénégal» martèle Me Assane Dioma Ndiaye qui en appelle à la diplomatie.

    Ce qu’il faut savoir sur cette affaire

    L’affaire Alcaly Cissé a d’abord atterri au tribunal de Dakar où le juge avait fait état d’un non-lieu. Pour cause, le plaignant aurait donné une version des faits qui ne tient pas la route.

    Mouhamed Aly Azzouz, lors de sa déclaration sous serment, aurait déclaré que le prévenu devait lui vendre les forêts de la Casamance. C’est sur la base de cette accusation infondée selon le juge, que l’ancien député a été relaxé. Selon ce dernier, le milliardaire saoudien voulait des prières parce qu’il était « en difficulté avec la famille royale ».

    Alcaly Cissé a ensuite été arrêté au Maroc, puis extradé en Arabie Saoudite. A ce propos, ses avocats crient à la «violation faite par les autorités saoudiennes du principe de spécialisation en droit international».

    Au début de l’affaire, il a été jugé pour escroquerie mais à présent, des faits nouveaux lui sont reprochés. Il s’agit notamment de maraboutage et d’actes contraires à l’Islam.

    Laisser un commentaire