Après l’ivoire, la peau des ânes africains au coeur d’un trafic meurtrier

Après l'ivoire

0

C’est un trafic bien plus discret que celui de l’ivoire, mais tout aussi juteux et meurtrier: des milliers d’ânes sont tués chaque année en Afrique pour leurs peaux, exportées souvent illégalement vers la Chine pour les besoins de la médecine traditionnelle.

Nous nous rappelons de l’interpellation des six individus à Mbour par la brigade de gendarmerie de Popenguine  alors qu’ils s’apprêtaient à abattre une cinquantaine d’ânes mais ils n’en ont abattu que 3 avant que la population de Diass ne sonne l’alerte.Une situation qui avait fait polémique au Sénégal. Aujourd’hui c’est au tour de Mogosani, une petite bourgade de la province sud-africaine du Nord-Ouest (AFRIQUE DU SUD)

les villageois sont formels: leurs ânes sont devenus depuis deux ans la cible de gangs qui les traquent dans les chemins, les champs et jusque dans les étables. « Les voleurs veulent simplement leurs peaux », explique un des fermiers, George Sising.

« On n’avait jamais eu ce problème, jusque-là les ânes se promenaient en toute liberté », poursuit le sexagénaire, « mais maintenant, on a tous peur de ce qui peut leur arriver ».

Aux yeux des contrebandiers, la peau des ânes est devenue une matière première très recherchée. Au même titre que la défense d’éléphant ou la corne de rhinocéros.

Si elle n’a absolument aucune valeur commerciale en Afrique, la gélatine qu’elle contient est très prisée des médecins traditionnels chinois pour traiter l’anémie et la ménopause. Sous le nom de « ejiao », elle est administrée sous forme de boisson et même servie avec des noix et des graines en guise d’apéritif…

La viande d’âne alimente elle les restaurants du nord de la Chine. Une fois que les trafiquants se sont servis sur la bête, ils n’en reste plus que la carcasse, abandonnée sur place.

Hors-la-loi en Afrique du Sud, ce commerce international se chiffre en millions de dollars, selon les experts

Ce commerce inquiète au plus haut point la communauté pauvre et largement sans emploi de Mogosani. Car ici, l’âne est indispensable, c’est lui qui tire les charrettes dans lesquelles sont chargés les déchets, le sable ou le bois destinés à être vendus.

« Les emplois sont rares ici, les ânes sont une source de revenus. Si vous en possédez un, vous pouvez gagner votre vie », assure un de leurs propriétaires, Ikgopeleng Tsietsoane, 25 ans.

Six de ses neufs bêtes ont disparu en octobre dernier et les voleurs n’ont jamais été retrouvés. « Si rien n’est fait, ce village n’aura bientôt plus d’ânes », s’inquiète le jeune homme.

Le négoce hors-la-loi a fait augmenter le prix des ânes, renforçant d’autant l’appétit des trafiquants. De 400 rands (29 euros), le prix de vente de l’animal a grimpé récemment à quelque 2.000 rands (150 euros).

Preuve de la vitalité du trafic, la police sud-africaine a saisi il y a deux mois un stock de 5.000 peaux prêtes à partir pour la Chine, sa plus grosse prise jusque-là, et arrêté plusieurs personnes.

La perspective d’un début de légalisation du commerce de l’âne suscite toutefois déjà l’hostilité des groupes de défense des animaux.

« Ces animaux sont tués de façon très cruelle, d’un coup de marteau sur la tête ou d’un coup de poignard », s’indigne Kabelo Nkoane, de l’Unité de protection équine du Highveld, qui redoute une situation similaire « à celle de la contrebande de rhinocéros ».

Le Botswana et le Kenya ont déjà franchi le pas et exportent désormais en toute légalité leurs peaux d’ânes. La Namibie, elle, doit ouvrir prochainement un abattoir pour traiter localement peaux et viande, avant de les envoyer en Chine.

Mais de telles mesures n’empêchent pas pour autant le trafic.

Victimes eux aussi d’une chasse aux ânes qui a décimé leur cheptel, le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal ou le Niger ont, eux, préféré interdire leur exportation vers l’Asie.

Laisser un commentaire