Affaire Assane Diouf : Le ridicule Sénégalais face aux exigences du droit international

Affaire Assane Diouf : Le ridicule Sénégalais

0

Chaque jour, au Sénégal, désormais arrive avec son lot de rumeurs. Et les journalistes, aux ordres du palais, semblent chargés d’une mission très claire : montrer que le gouvernement sénégalais est si puissant que l’homme qui a osé manquer de révérence à son chef a été arrêté et sera bientôt livré aux autorités sénégalaises.

Cette opération de terrorisme, parce qu’il s’agit d’installer une psychose dans la population hostile à Benno et à son chef, est si bien organisée qu’il est impossible de voir une parution qui n’ait consacré sa Une au retour imminent de Assane Diouf. Pieds et mains liés pour pourrir dans les cachots fétides de Reubeus.

Si on ne nous raconte pas que c’est le FBI qui a décidé de livrer l’insulteur pathologique, on nous dit que c’est le bureau régional d’Interpol qui aurait émis une demande d’extradition à son encontre pour «financement d’activité terroriste, apologie de terrorisme…»

Et pendant ce temps, le petit peuple qui ne s’abreuve qu’à la source de ces journalistes partisans –ignorants pour la plupart- applaudit le Sénégal Emergent qui serait devenu le nouveau maitre du monde. Le pays dont le chef est si puissant qu’il peut tout avoir même en contrevenant au droit international.

Si la nouveauté, dans le dossier Assane Diouf, est l’entrée matière du bureau régional d’Interpol, les demandes d’entraide judiciaire formulées par ce service dans, des dossiers criminels, ont été nombreux ces dernières années.

Et si ce bureau n’a pas réussi à se faire entendre dans des dossiers criminels, je vois très mal comment il pourrait réussir dans ce cas-ci. Où on ne parle que d’apologie du terrorisme : un délit de la loi du 11 Juillet 1881 et mis à jour, en 2014, après les vagues d’attentats qui ont frappé la France et l’élan de sympathie qui a accompagné les tueries de Mouhamed Merah, à Toulouse.

Je dis bien que l’apologie du terrorisme, -encore faut-il apporter la preuve de cette apologie-, est un délit. Et, comme je l’écrivais dans une précédente tribune, pour que les Usa refusent d’accorder l’asile politique au persécuté Assane Diouf, il faut qu’il ait commis des crimes, crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou qu’il fasse l’objet «de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations unies. » L’insolent Assane Diouf n’a rien fait de tel.

Et les Usa, qui sont un Etat de droit, ont l’obligation, devant les graves menaces proférées par les proches du président sénégalais, à l’encontre du patron de Doméram TV, de lui apporter la protection des Etats-Unies au nom des conventions de Genève. C’est très clair. Et ca ne se négocie pas. Peu importe le type de protection, Assane Diouf rempli toutes les conditions pour en bénéficier.

Bien avant l’arrivée de Macky Sall, à la magistrature suprême, le Sénégal a toujours essayé d’obtenir la tête de ceux qui empêchaient le président de dormir. Et cela, en faisant recours à Interpol avec un bilan mitigé.

A ce titre, il me plaira de convoquer la jurisprudence Nkrumah Sané. Mamadou Nkrumah Sané est le chef en exil du MFDC. Face à la vague de tueries enregistrée, en Casamance, dans les années 1990, le Sénégal qui avait désigné Nkrumah comme responsable de la recrudescence de la violence avait émis un mandat d’arrêt international à son encontre. Et le juge d’instruction, Olivier Laurent, du tribunal de Grande Instance de Créteil qui a hérité du dossier avait interpellé le chef rebelle en exil à Paris.

Comme motifs de sa convocation, le Sénégal l’avait accusé de complicité d’assassinats, complicité de tentatives d’assassinats, complicité de vols avec armes, vols avec violences, complicité d’extorsion de fonds, complicité de vols au préjudice de l’Etat, détention d’arme, atteinte à la Sureté de l’Etat, attentats….bref toutes les charges imaginables qu’on puisse coller à un parfait terroriste.

Et malgré la gravité de son cas, le juge n’a fait qu’entendre Mamadou Nkrumah Sané et le laisser repartir chez lui. Libre. Depuis le 16 janvier 1997, Mamadou Nkrumah Sané qui est, pourtant, un citoyen sénégalais n’a jamais été arrêté par la France pour y être jugé ou pour être extradé. Et ce, malgré le fait que ce soit un tribunal régulier qui ait fait la demande à son homologue français.

En 2010, au sommet de sa toute puissance, Abdoulaye Baldé, le ministre sénégalais des Forces armées, qui s’est dit menacé par Nkrumah Sané, était parti en France pour obtenir son arrestation et son extradition. Avant son arrivée à Paris, le ministre avait fanfaronné à Dakar et promis de se payer la tête du vieux rebelle. Après avoir été auditionné, Mamadou Nkrumah Sané, une fois de plus, est sorti libre de la police. Jusqu’à ce jour, il n’a jamais été inquiété.

Pire, pour entrer dans les bonnes grâces du chef rebelle, Abdoulaye Baldé a donné 10 millions de F. CFA à Mamadou Nkrumah Sané contre la promesse de le rencontrer. Après avoir encaissé la somme, le chef rebelle a tout bonnement refusé de recevoir l’officiel sénégalais. On aurait pu évoquer le cas Modou Fall, Boy Djinné, que la petite Gambie avait refusé de livrer au Sénégal.

Et lorsque les tribunaux sénégalais jugent une affaire, il y a de fortes chances que la décision de nos juges soit jetée dans les poubelles de nos frontières. L’affaire Alkaly Cissé en est une parfaite illustration : après avoir été blanchi de toutes poursuites d’abus de confiance et d’escroquerie, par le tribunal sénégalais, le député de Pakao a été arrêté au Maroc et livré aux saoudiens.

Et les nombreuses tentatives du Sénégal de faire prévaloir la décision des juges sénégalais, auprès des autorités du royaume saoudien, n’ont jamais prospéré. Alkaly Cissé alité par un méchant cancer de la prostate se consume, à petit feu, dans les geôles saoudiennes. Son sort n’intéresse plus personne.

Il en est de même des responsables de l’affaire du bateau le Joola avant que l’affaire ne soit sacrifiée sur l’autel des intérêts des Etats français et sénégalais, de l’affaire Karim Wade; la décision sénégalaise étant devenue une honte du monde judiciaire.

A la lumière de tous ces dossiers, je suis prêt à parier ma liberté de ton et d’expression que Assane Diouf restera, certes, quelques jours au repos, entre les mains de la police américaine. Mais, il en sortira forcément…et continuera à distribuer des diplômes de Doméram à tout le monde. A moi le premier, peut-être !

Laisser un commentaire