JE ME SURPRENDS A DEFENDRE LE PRESIDENT MACKY SALL ! Par Abdoulaye Cissé

JE ME SURPRENDS

La chose rappelle une vilaine polémique qui avait cours en France en plein cœur de l’été dernier.

 

Cette France du métro-boulot-dodo que nous avions quittée un temps pour quelques semaines de farniente sous d’autres tropiques où les rayons du soleil dessinaient, à l’horizon, des courbes de l’océan, un arc-en-ciel des plus merveilleux. Nous avions presque regretté de nous tenir au courant de l’actualité en France, hélas,  le pays empêtré, à l’époque, en pleine polémique sur le Burkini, quand tout autour de nous, sur ce lieu de vacances, à l’autre bout du monde, se côtoyaient, sur cette plage, des touristes du monde entier, blanc, noir, asiatique, des tailles fines, des rondes, des brunes, des rousses, des blondes, des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux et vieilles et des moins jeunes . . . pour un bronzage à la plage. Il n’y avait pas de tenue conventionnelle.

Les plus « osés » étaient en maillot de bain bien sûr, parfois l’extravagance de ces tenues ne cachaient pas grands choses de l’anatomie de ces hommes et de ces dames ; les plus pudiques étaient encore en survêtement plus « bouffant» ou bien moins collant qu’un Burkini, mais qui pouvaient s’en plaindre?
En réalité, ça ne dérangeait personne. On n’a mis le couteau sous la gorge de personne pour le traîner à la plage et quand on y va, on sait que l’entrée y est libre et par conséquent si on n’est pas content, personne ne retient personne. Comment comprendre alors qu’en France, la minorité qui se sentait dérangée par le Burkini à la plage fait primer son droit pour en  interdire l’accès à ces femmes jugées presque trop pudiques.
Quel crime !
Cette polémique était stérile. Tellement stérile, que pour s’en désoler des militants pour la défense des droits des femmes, pour ne pas dire, des militantes féministes en sont presque arrivées à défendre le « Burkini », bien malgré elles bien sûr.
Ce même sentiment nous a presque envahi avec, toutes ces polémiques plus que stériles qui ont accompagnées, toute la visite d’Etat du Président Macky Sall en France du 18 au 22 décembre dernier.
On aurait à redire si cela s’était limité à des discussions de comptoir, pour ne pas dire propos de grand place. Sauf que ces discussions de comptoir ont inondé les réseaux sociaux, et par-delà dans un pays où la presse n’a plus de filtre, les réseaux sociaux constituent finalement des sources d’informations avec tout ce que cela comporte comme dérive, dérapage, intox, pour ne pas dire plus.
J’apprécie particulièrement l’activisme de certains bloggeurs, pour ne pas dire facebookeur.
Je n’ai qu’affection pour mon ami, le frère Gorgui Diop, chroniqueur 2.0, mais je ne peux que me désoler de son décompte du 1er jour (dimanche 18 de l’arrivée du Président Macky Sall en France), du 2émé jour (Lundi) jusqu’au 3émé jour (mardi) de visite d’Etat de Macky Sall, sans que la presse française ne le mentionne dans ses JT de TF1, France2. Pour le chroniqueur, c’était-là un signe manifeste de manque de considérations de la France à l’égard de son « hôte » sénégalais.
Non Gorgui, en réalité, la visite d’Etat n’a officiellement commencé que mardi. Et encore, on n’en connaît pas de médias en France qui déroule, comme chez nous à la RTS, la feuille d’audience du chef de l’Etat. Les commentaires suscités par ce post sont particulièrement violents et finalement dérisoires.
J’ai lu dans une contribution, d’un des chroniqueurs des plus assidus de la presse sénégalaise, particulièrement fouillée et documentée qui s’attelait à démontrer que le Président du Sénégal « répondait » à une convocation de la France déguisée en « visite d’Etat ». Non, mais franchement !
J’en ai vu une autre s’atteler à démontrer que le projet du TER était signe de Mégalomanie. J’ai envie de dire, mais tant mieux, si c’est la mégalomanie qui permet de voir grand. Cette dernière chroniqueuse ose même la comparaison jusqu’à prodiguer qu’il valait mieux rebooster les « canards boiteux » des usines de montage de véhicules au Sénégal plutôt que de se lancer dans un projet de TER. Je ne peux la soupçonner de n’avoir jamais voyagé pour se rendre compte que le train est le moyen de transport le plus « démocratique » au monde. Encourager la voiture dans le Dakar déjà si blindé, serait suicidaire pour tout gouvernement. Vive le TER, pardon, vive le train.
J’en ai vu un autre moquer la décoration du Président Macky Sall au CNAM en se laissant aller à son rêve de voir un CNAM bis au Sénégal plutôt que d’applaudir le Dr. Honoris Causa du chef de l’Etat. Qu’il me permette juste de lui dire que derrière le folklore de cette distinction, un accord a été paraphé avec le CNAM pour un prototype à Dakar. J’en ai vu bien d’autres auxquelles finalement, il ne faut pas donner plus d’échos. Après cela, qu’on vienne me soupçonner de rouler pour Pierre, Paul, Jacques.
Finalement, les réseaux sociaux ont bruit de futilités, autour de cette visite d’Etat.
Au final, c’est sûr, il y’avait du bon. Du très bon même dans ce périple du chef de l’Etat.
On gagnerait vraiment à passer dessus les polémiques stériles. Vive le débat . . . d’idées, bien sûr !
den.kumpe10@gmail.com

Laisser un commentaire