Visite de Macron au TER : Une ambiance tendue au centre-ville de Dakar

Visite de Macron au TER : Une ambiance

La visite du président français Emmanuel Macron à Dakar a fait peser une ambiance électrique  à la place du tirailleur, où il doit effectuer une visite sur le site du train express régional (TER).

 Un dispositif sécuritaire digne d’un état d’urgence a été mis en place par les autorités compétentes. Tous les environs de la place du tirailleur sont assiégés par les forces de sécurités de la gendarmerie. D’abord l’entrée du site TER est hautement gardée sous surveillance avec un dispositif de 3 éléments en tenus, montés en faction. Les accès sont limités au seul personnel habilité et aux officiels sensés prendre part à la visite de chantier du Chef d’ Etat français.

Le dispositif sécuritaire déployé à travers les rues environnantes est digne d’un film hollywoodien. Un élément de la gendarmerie, armée d’un fusil d’assaut AR-15  est pointé sur le rond-point, scrutant avec vigilance les allées et venues dans les alentours. Deux voitures de patrouille, une mini ambulance et un camion de sapeur-pompier sont mobilisés pour pallier tout éventuel dérapage ou imprévu. Un large périmètre de sécurité est établi autour de la gare de Dakar. On peut apercevoir du haut de certains immeubles de la ville, des snipers encagoulés, tout de noir vêtu.

L’Etat n’a pas lésiné sur les moyens pour assurer la sécurité de son hôte de marque. Pourtant, nombre de Sénégalais ne semblent pas trop intéressés par la visite du chef d’Etat français. Un jeune homme trouvé tout près de la gare de Dakar nous confie sous anonymat : « Moi, je n’aime pas la France, donc la visite de Macron au Sénégal ne me fait ni chaud ni froid », dit-il.

Par contre, un vendeur trouvé aux environs du centre commercial Central park, à pompier, a été plus conciliant : «  Oui j’ai entendu parler de la visite de Macron. S’il apporte des bonnes nouvelles pour le pays alors, nous sommes preneurs. Mais au cas contraire, sa venue ne nous sera d’aucune utilité» ; avance-t-il. Tandis qu’un autre jeune rencontré dans la rue nous indique : « Vous  venais de m’apprendre la nouvelle».

Ibrahima DIENG

Laisser un commentaire