Viols et attouchements sur les enfants: un tabou mondial encore plus prononcé dans nos société africaines

Viols et attouchements

Dans nos sociétés, les us, les coutumes, les nombreux tabous, et un certain contexte religieux font que certaines personnes n’osent pas aborder certains sujets dits tabous, sujets  que l’on préfère éluder, taire, on préfère fermer les yeux sur ces problématiques qui pourtant existent plus qu’on ne pourrait l’imaginer.

En effet, les chiffres sont là: en 2002, une étude indépendante réalisée pour le Secrétaire général des Nations Unies nous apprenait que 150 millions de petites filles et 73 millions de petits garçons avaient été forcés d’avoir des rapports sexuels ou avaient subi d’autres formes de violences sexuelles au sein de la famille, en Afrique.

Les violences séxuelles sur les enfants perdurent et laissent certaines victimes blessées, souillés et parfois -n’ayons peur de le dire- des personnes à l’avenir fragile entre peur et haine des hommes par exemple voir des conséquences plus lourdes. Car, ne nous voilons pas la face, le viol peut entraîner un traumatisme à vie pour les petites victimes.

Malheureusement, ces drames ont souvent lieu dans la cellule familiale, chez des proches, des voisins, des amis des parents…

Comme nous le raconte Ada Dia 25 ans  qui, enfant, a subi durant des années des attouchements et des viols répétés dès l’âge de 10 ans. Et son bourreau n’était autre que le frère de sa propre mère.

Son oncle, marabout issu d’une grande famille de religieux, un homme respecté de tous, « un homme de Dieu » de surcroît qui se cachait derrière la religion pour assouvir ses pulsions les plus horribles; malgré ses deux épouses.

Selon la victime, régulièrement elle devait apporter à son oncle des repas que sa maman préparait. Et c’est à ces multiples occasions que les viols auraient été commis par cet homme de 51 ans à l’époque.

Ada a raconté les gestes, l’humiliation, les menaces de représailles; si un jour elle en parlait. Mais, le pire selon la jeune femme c’est que personne n’a vu qu’elle souffrait qu’elle se renfermait de plus en plus sur elle-même, personne n’a entendu ses pleurs lorsqu’elle refusait de se rendre chez son oncle si « exemplaire », si « savant » au yeux de tous.

Elle en a toujours voulu à sa mère de ne pas avoir été attentive et surtout de l’avoir accusée de mentir les rares fois où elle avait abordé le sujet avec elle car, malheureusement, en Afrique et ailleurs, on ne veut pas voir le calvaire de ces enfants qui grandissent dans l’oubli et l’indifférence.

Portant, toute leur vie, les stigmates de la souffrance physique subie, les traces psychiques et émotionnelles indélébiles qu’ils enfouissent au plus profond d’eux certaines fois.

Ada raconte la colère de sa mère le jour où elle avait parlé des viols, le changement de comportement de celle-ci qui a commencé à la battre régulièrement comme si au fond, elle y était pour quelque chose, où comme « si, dit elle, ma mère avait peur que la réputation de sa famille et de son frère soient entachés, elle a préféré protéger son frère car j’ai toujours été certaine qu’elle avait des doutes”.

Surtout que quelques années après, à l’occasion d’une discussion avec sa petite soeur Rama ( 8 ans à l’époque) elle avait appris que sa petite soeur avait subi le même sort qu’elle, sans jamais oser en parler.

Aujourd’hui Ada est une femme mariée, elle a deux enfants et elle s’est juré de les protéger et de rester à leur écoute; en toutes circonstances. Afin qu’ils ne vivent jamais ce qu’elle a elle même subi.

 

Laisser un commentaire