Vidéo: Cha Dia, la diva qui rêve de l’unité des coeurs se dévoile au public

Vidéo: Chadia, la diva

14590228_1718016275181772_977404176312620145_n

Elle s’appelle Aïssata Dia. Est encore élève de musique au centre Douta Seck de Dakar depuis 4 ans bientôt.

Sous les traits fins de ce beau visage de femme accomplie, se cache la personnalité en devenir d’une fille qui a des rêves pleins la tête. Native de Dakar, cette enfant des Parcelles Assainies est la dernière arrivée dans le cercle très fermé des artistes sénégalaises de la variété. L’une des rares à pouvoir parler de concepts et à les défendre crânement sans tomber dans la peopolisation.

 

 

Avec son single, Nañu Boolo, présent dans les bacs depuis juin dernier, elle vient de faire une entrée remarquée dans la cour, très sélect, des divas de la musique sénégalaise. Sous le label Senart Vision, l’artiste compositeur, Cha Dia, ambitionne de démocratiser la musique et de la rendre « appréciable et accessible à tous. »

Panafricaniste convaincue, elle est d’avis que « seule l’unité africaine peut sauver l’Afrique. » A une échelle plus réduite, elle pense que l’unité doit commencer, d’abord, dans les familles pour se propager à la société et à l’humanité toute entière; d’où le message poignant à travers son single Nañu Boolo. Soyons unis.

Formée à « la bonne école », l’artiste à la voix de rossignol a pris fait et cause pour l’acoustique alors que tous les autres genres musicaux sont à sa portée. « Si je suis venue à l’acoustique, c’est parce que c’est le genre musical qui, le plus, libère ma voix. » A-t-elle avoué à Kéwoulo.info

Mais, au Mbalack comme avec la folk music, Cha Dia se retrouve bien. Et sait scotcher son public; en témoignent ses nombreux choeurs des musiciens de talent comme Faada Freedy, Elaj Ndiaye etc…

Eduquée dans un milieu qui n’a rien à voir avec la maestria, « c’est par amour » que Cha Dia est venu à la musique. Et, aussi, parce que Aïssata Dia a senti naître, en elle, cette vocation, lors d’un concert de Ami Collé Dieng, l’une de ses stars préférées.

Bien que rien ne l’y prédestinait, ses parents ont accepté, sans broncher. « D‘ailleurs à chaque fois que je vais chercher mon diplôme en musique ou une distinction, c’est eux qui m’accompagnent. » a-t-elle confié.

Amatrice de la bonne musique, Cha Dia trouve son inspiration dans toutes les mélodies. Qu’elles soient maliennes, sénégalaises ou européennes. « Tant que c’est de la musique, j’écoute. » Arrivée dans la musique comme on entre dans un couvent, Aïssata Dia n’a pas, pour autant, accepté de pratiquer son art sans en connaître les fondamentaux.

Même si elle comprend que de grands musiciens aient réussi sans jamais avoir appris la musique, Cha Dia pense que, « pour avoir ce plus qui fait la différence« , il lui fallait retourner sur les bancs et apprendre à décoder les messages de la musique. Alors, pour pouvoir comprendre cet art et être capable de jouer à Dakar, au Congo comme à Tokyo « j‘ai décidé de retourner apprendre la musique. »

 

 

Laisser un commentaire