Urgent: Yahya Jammeh et la Gambie quittent la Cour Pénale Internationale

    Urgent:

    Le président Gambien, His Excellency, Professor, Doctor, Yahya Abdul Aziz James Junkung Jammeh, Babily Mansa, a mis sa menace à exécution: il vient d’annoncer le retrait de son pays de la Cour pénale Internationale.

    Cette annonce survenue ce mardi soir à la télévision nationale gambienne est l’épilogue d’un long bras de fer que le tyran de Banjul a opposé à l’instance internationale qui se substitue, depuis quelques années, aux juridictions nationales pour juger les personnes accusées de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et dont les pays n’ont pas pu juger. Ou ont jugé de manière inequitable.

    Soupçonnée d’être une Cour mise en place « pour ne juger que des présidents africains », la CPI dont la procureure -Fatou Ben Souda – originaire de la Gambie, n’a jamais enchanté le président gambien qui se sait dans son viseur, après les arrestations de Laurent Gbagbo, de sa suite et de Jean Pierre Bemba du Congo, s’est toujours dit opposé à son mode de fonctionnement.

    Voyant en la Cour un instrument de l’impérialisme occidental, le Babily Mansa avait à de nombreuses reprises accusé ses dirigeants de faire la chasse aux présidents africains. Mais, Yahya Jammeh a attendu que le Burundi puis l’Afrique du Sud ait annoncé son départ de l’instance, la semaine dernière, pour suivre les pas de Johannesburg.

    De leurs cotés, les Sud africains ont lié leur démission de l’instance à la polémique née -avec la CPI- suite au refus de Jacob Zuma d’arrêter Oumar El Bachir, le président soudanais, que la CPI compte inculper pour des présumés crimes commis au Darfour et au Sud Soudan.

    Avec ce départ de la Gambie de l’instance, c’est l’avenir de sa procureur spéciale qui est en question. Fatou Ben Souda va-t-elle quitter ou rester à la Cour? Au nom de quel pays? Et, l’une des questions majeures que les juristes vont devoir se poser est celle: que vont devenir les dossiers instruits par Fatou Ben Souda si elle quittait son poste de procureure suite au retrait de son pays?

     

    PARTAGER
    Article précédentLibye: Des dizaines de clandestins africain à sauver à tout prix
    Article suivantDinama Nekh: Saison 3, épisode 25 du 25 Octobre 2016
    Babacar Touré
    Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

    Laisser un commentaire