Urgent: Une opération militaire en vue ce soir dans la capitale gambienne

Urgent

Ca y est, l’affrontement militaire tant craint par les populations civiles, sur Banjul, aura bien lieu. Rien, désormais, ne pourra plus le bloquer. A minuit, une partie de l’armée a décidé de prendre ses responsabilités et de faire respecter le droit constitutionnel.

Selon plusieurs sources de Kewoulo.info en Gambie comme au Sénégal où vit le président Adama Barrow jusque cette nuit, « une opération militaire sera déclenchée, ce soir, dans la capitale gambienne ». Mais, contrairement aux projections des « chiens de guerre », ce ne sera pas une invasion militaire de l’inexistante force militaire de la Communauté économique de l’Afrique de l’ouest, la Cedeao ou celle aventurière sénégalaise.

L’opération en cours est plutôt gambienne. De nombreux officiers comme des soldats gambiens ont décidé de se mettre du côté de la légalité républicaine. « Et dés que le mandat du président Yahya Jammeh sera arrivé à son terme -à  minuit-, nous prendrons nos responsabilités et permettrons à la Gambie de se conformer à la volonté populaire« , a déclaré, sous le couvert de l’anonymat, un officier supérieur de la GAF.

« Nous sommes plusieurs militaires, de tout corps, de tous les grades, qui pensons cela; même si, pour le moment, nous n’avons pas un commandant en chef désigné« , a-t-il tenu à préciser. Pour ces hommes, « (ils sont) gambiens et ont toujours agi dans le respect de la loi, c’est pourquoi jusqu’à la dernière minute ils serviront le président en exercice -Yahya Jammeh- et ne sont en rien lié à la personne du président sortant qui veut aller au suicide. »

Des soldats gambiens face à l’histoire

« Nous obéissons au Président de la République de Gambie. Peu importe qui il est. Nous sommes au service du peuple gambien et nous n’abandonnerons pas ce peuple. Nous n’irons jamais à l’exil. La Gambie est éternelle, alors que nous comme Yahya Jammeh sommes passagers sur cette terre de nos ancêtres que nous devons léguer aux générations futures. »

Comme eux, les loyalistes qui doivent tout au Babiili Mansa sont déterminés à aller au sacrifice suprême. Et ils ont fait le rappel des troupes ces 48 dernières heures, conscients que le rubicon des négociations a été franchi.

Même si le transport entre les deux pays n’est pas encore coupé, le nombre croissant de contrôles sur la transgambienne a fini par convaincre les passagers sénégalais d’éviter le territoire gambien depuis ce midi. Aussi, soucieux de la sécurité des Sénégalais, les syndicats des transporteurs ont demandé à l’Etat de les aider à faire bloquer les frontières d’avec la Gambie.

Et même si les transporteurs gambiens comme sénégalais peuvent traverser les frontières, ils sont soumis à des fouilles poussées des deux côtés et les chauffeurs doivent accepter de présenter des passe-avants, document dont la possession est devenue obligatoire.

Yahya Jammeh se battra jusqu’au bout

Aussi, de nombreux soldats lourdement armés et équipés de tenues de combats sont déployés à Faraféni. Et les militaires gambiens sont devenus de plus en plus nerveux. Lundi, le directeur de publications de kewoulo.info a été intercepté par un commando gambien qui a certainement obtenu notre signalement. Mais, aussi invraisemblable que cela puisse paraitre le chef de ce commando, vers qui nous avons été conduits, a béni la rédaction de kewoulo.info « pour l’excellent travail de terrain que (nous) faisons. »

Deux semaines auparavant, la même scène s’était déroulée à Djiboro, à la frontière sud de la Gambie avec le Sénégal. Après avoir vérifié notre identité, l’agent de la National Intelligence Agency (NIA) a présenté ses excuses au caméraman de Kewoulo.info et à son dirpub « pour les désagréments causés par le contrôle qui a mal commencé. » Une fois de plus, ils ont voulu que l’on montre que les forces de sécurité gambiennes ne sont pas toutes des va-t-en guerre. Et que, pour rien au monde, elles ne permettront à Yahya Jammeh de bruler la Gambie.

Des forces de sécurité soucieux du jugement de l’extérieur

Si, pour le moment aucun coup de feu n’a tonné en Gambie, le chef d’Etat-major des forces en attentes de la CEDEAO a déclaré que ses « forces sont prêtes à entrer en action. » Aussi, le colonel-Major nigérien, Saïdou Maïga Morro, qui va commander les hommes, a déclaré qu’il ne sait pas combien de temps vont durer les opérations militaires pour faire partir Alahadji Doctor ni combien de morts civiles on pourrait déplorer. Dans un entretien exclusif accordé à la RFM, une radio privée de Dakar, il a promis de faire « le minimum de victimes collatérales. »

Du coté des soutiens de Yahya Jammeh, le MFDC, par la voix de Mamadou Nkrumah Sané a déclaré que « la bataille de Banjul sera terrible et déterminante pour la Casamance. » Même s’il n’avait jamais été un ami de l’enfant de Kanilaï -qui leur a préféré Salif Sadio-, le secrétaire général du mouvement des forces de la Casamance, en exil, a déclaré que ses hommes sont, elles aussi, prêtes pour l’affrontement. Se voulant fataliste, le plus vieux rebelle de l’Afrique a déclaré que « les forces internationales pourront tuer Yahya Jammeh, sur le sol de ses ancêtres. Mais, jamais ils ne pourront l’avoir physiquement et l’humilier devant la Cour pénale internationale. »

 

1 COMMENTAIRE

  1. Je ne crois plus rien à une nouvelle venue de la Gambie sur la situation actuelle

    choses à Gambie.Nous en avons assez de fausses nouvelles.

Laisser un commentaire