Traque des biens mal acquis, Abdoulaye Baldé et son épouse Aminata Gassama à la Crei, à partir de ce lundi

Traque des biens mal acquis, Abdoulaye Baldé et son épouse Aminata Gassama

C’est reparti ! La commission d’instruction près la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a rouvert le dossier d’Abdoulaye Baldé. Les interrogatoires vont, en effet, reprendre. Selon des sources dignes de foi, le maire de Ziguinchor et son épouse sont à nouveau convoqués devant la commission d’instruction: Aminata Gassama passe d’abord lundi et sera suivie par son époux.

Plusieurs mois après que l’expert a déposé son rapport, la Commission d’instruction près la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) reprend du service dans le dossier d’Abdoulaye Baldé. De sources dignes de foi, le juge Cheikh Ahmed Tidiane Bèye et son équipe comptent procéder à une audition des inculpés.

Déjà, pour lundi prochain, Aminata Gassama est convoquée par la commission d’instruction. L’épouse du maire de Ziguinchor sera réentendue sur cette affaire. A sa suite, c’est son mari qui va faire son passage. Abdoulaye Baldé est en effet, quant à lui, convoqué pour jeudi prochain. Nos sources soupçonnent qu’il s’agit d’une nouvelle audition par rapport aux conclusions de l’expert.

Le maire de Ziguinchor a été inculpé en 2014 par la commission d’instruction de la Crei pour les chefs d’enrichissement illicite et corruption, le tout portant sur 5 milliards de francs Cfa. Mais, en même temps, son épouse Aminata Gassama s’est vu imputer le délit de recel pour le même montant. Plus chanceux que Karim Wade, l’édile de Ziguinchor n’a pas été placé sous mandat de dépôt, mais plutôt sous contrôle judiciaire, tout comme son épouse.

Le leader de l’Union centriste du Sénégal (Ucs) a toujours réfuté les accusations portées en son encontre et trouve exagéré le montant évoqué par le Procureur spécial. A l’en croire, il y a même une partie des biens qui appartient à son épouse, mais le total ne fait pas 5 milliards, comme le prétend le patron du Parquet spécial.

La commission d’instruction avait ainsi donné mission à l’expert Alboury Ndao d’évaluer les biens du maire de Ziguinchor. Il y a quelques mois, l’homme de l’art a déposé ses conclusions sur la table du président de la commission d’instruction, mais celle-ci est restée muette pendant tout ce temps.

Ainsi, à partir de lundi, les juges d’instruction vont redémarrer l’interrogation des inculpés. Détail troublant : ces convocations sont tombées à la veille des dépôts des listes pour les élections législatives et au moment crucial où l’opposition est dans une dynamique de retrouvailles. Mais peut-être ne s’agit-il que d’une simple coïncidence ?

Les Echos

Laisser un commentaire