Transport : Dangoté s’engage pour la relance du chemin de fer Dakar-Bamako

Transport :

0

Le Groupe Dangoté a décidé de relancer les activités de Dakar-Bamako ferroviaire (DBF) pour pénétrer le marché malien. C’est dans ce cadre que Dangoté Ciment Sénégal (Dcs) a signé un mémorandum avec l’entreprise ferroviaire. Ce, pour conforter sa présence sur le marché malien, et, en contrepartie, relancer les activités de l’entreprise ferroviaire.

Selon un communiqué parvenu à  Seneweb, l’accord porte sur le financement de la réhabilitation de deux locomotives et 70 Wagons pour un montant estimé à  près de 6 millions de dollars (environ 3,5 milliards de francs Cfa). En échange, la société sénégalo-malienne, exploitant la ligne ferroviaire Dakar-Bamako (1.286 km), convoiera pour Dangoté Ciment Sénégal, 100 000 tonnes de ciment par an dans la capitale malienne. Et l’appel d’offres pour la réhabilitation du matériel roulant en question est en phase de préparation.

« Une approche plus structurée pour les exportations vers le Mali »

La source précise que l’avantage stratégique de ce partenariat permettra à  Dangoté Ciment Sénégal d’avoir « une approche plus structurée pour les exportations vers le Mali ». Et cela entre dans les plans de logistique du groupe. « Une fois concrétisé, ce partenariat sera une véritable bouffée d’oxygène pour Dakar-Bamako ferroviaire. L’entreprise de transport ferroviaire, née des cendres de Transrail (ex-filiale du groupe de négoce français Advens du franco-sénégalais Abbas Jaber) ne dispose aujourd’hui que de deux à  trois locomotives et de quelques wagons fonctionnels. Ce mémorandum permettra   DBF de doubler leur activité », note le texte.

Un potentiel estimé à  4 millions de tonnes par an

« Naguère axe vital des échanges commerciaux entre le Sénégal et le Mali, la ligne ferroviaire Dakar-Bamako est aujourd’hui supplantée par la route. Selon l’agence nationale des chemins de fer du Sénégal, en fin 2015, le volume de marchandises transportées sur cet axe représentait moins de 300 000 tonnes par an. Alors que le potentiel est de 3 à  4 millions de tonnes », souligne le document.

Enfin, le texte rappel qu’en 2015, Dangoté, conformément à  sa politique de renforcement des axes de développement sous régionaux, avait fait une offre auprès du Gouvernement sénégalais pour la reprise de l’exploitation de la ligne Dakar-Bamako.

Cheikhou Aidara

Laisser un commentaire