Transitaire mort en garde à vue : L’autopsie valide le suicide

Transitaire

Ils étaient très attendus, ils sont tombés hier, mardi 21 février. Les résultats de l’autopsie de la dépouille d’Élimine Touré, le transitaire mort en garde à vue dans les locaux du commissariat du Port, accréditent la thèse du suicide avancée par la police.

La victime est morte par «asphyxie mécanique par pendaison ayant occasionné une luxation du rachis cervical», selon le médecin légiste. Ces conclusions devraient clore la polémique sur la disparition d’Élimane Touré. À moins que sa famille ne continue de balayer la thèse du suicide.

À l’annonce de la mort du transitaire, des amis et membres de sa famille ont estimé qu’Élimane Touré ne s’est pas suicidé. L’un d’entre eux, qui a assuré s’est penché sur la dépouille, a rapporté que Touré portait une blessure allant de sa joue droite à son cou.

En écho, sa mère défendait que, pour avoir réussi à supporter la disparition de son épouse et élever seul leurs deux filles, la victime avait les ressources mentales pour faire  face à l’épreuve de son arrestation. Qu’il ne pouvait, de ce point de vue, se donner la mort.

Lundi, dans un communiqué, la police a annoncé le décès par pendaison d’Élimane Touré dans les locaux du commissariat du Port, au cours de sa garde à vue. Il se serait donné la mort en utilisant le drap de lit de la pièce dans laquelle il était enfermé.

Laisser un commentaire