TAMBA: un maître coranique accusé de viol, pédophilie et détournement de mineure

TAMBA: un maître coranique accusé de viol, pédophilie et détournement de mineure

TAMBA: un maître coranique accusé de viol, pédophilie et détournement de mineure
TAMBA: un maître coranique accusé de viol, pédophilie et détournement de mineure

Le nombreux public présent,ce mercredi au tribunal de grande instance de Tamba, était dépilé après l’évocation de cette affaire de moeurs qui a défrayé la chronique au quartier Plateau de Tamba. Un célèbre maitre coranique est accusé de viol, de pédophilie et de détournement de mineure sur une élève de 15 ans. Nous rapporte le quotidien L’Observateur.

A. Diallo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est habitant au quartier Pont dans la commune de Tamba. De sa profession de maitre coranique, il est surnommé « Karamokho », et âgé de 33 ans.

F. Bâ, la maman de la victime rappelle qu’elle avait inscrit sa fille au daara de Oustaz pour l’apprentissage de l’Islam.

Les faits…

Seulement, elle sera surprise par les déclarations de sa fille qui lui fera savoir qu’elle va abandonner les études coraniques du fait des nombreuses avancements sentimentales de Oustaz à son endroit.

Mieux, elle ajoute d’avoir eu plusieurs rapports sexuels avec son maitre coranique. Dès qu’elle lui serre la main, elle obéit à ses ordres. Que celui-ci la conduit chez lui à bord de sa moto pour abuser d’elle.

Ce jour, la maman de la fille a saisi la police locale d’une plainte contre Oustaz portant viol de sa fille qui est en classe de Cm2.

Face aux récits de la jeune fille, « Faux » rétorque l’accusé et soutient que la fille, accompagnée d’un garçon, lui avait rendu visite le 7 mars dernier pour une voyance. Mais c’était sans compter avec la victime qui a décrit la chambre de Oustaz renfermant entre autres, un matelas posé à même le sol…

Arrêté puis déféré et placé sous mandat de dépôt, il a fait face au juge pénal, hier, pour répondre de ces faits qui remontent dans le courant du mois de mars.

Le procureur qui a reconduit les infractions visées, a requis 5 ans ferme, avant que le tribunal ne condamne Oustaz à 3 mois ferme, assortis d’une amende de 50. 000F, après désistement de la partie civile.

Laisser un commentaire