Takieddine entendu par les enquêteurs après ses nouvelles accusations contre Sarkozy et Guéant

Takieddine

0

JUSTICE  Dans un entretien, l’homme d’affaires a assuré avoir transporté entre novembre 2006 et début 2007 trois valises entre la Libye et la France contenant au total cinq millions d’euros en espèces…

L’homme d’affaires Ziad Takieddine a été entendu mardi par les enquêteurs sur les nouvelles accusations qu’il a porté concernant un éventuel financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

Interrogé par l’AFP, l’intermédiaire franco-libanais a confirmé avoir été entendu par les enquêteurs de l’Office anti-corruption de la police judiciaire (Oclciff), précisant qu’il n’avait pas été placé en garde à vue. Il pourrait être de nouveau convoqué, a précisé la source, qui confirmait une information diffusée par La Lettre de l’Expansion.

«Démenti formel» de Nicolas Sarkozy

Dans un entretien diffusé mardi par Mediapart, l’homme d’affaires, mis en examen dans le dossier Karachi, a assuré avoir transporté entre novembre 2006 et début 2007 trois valises entre la Libye et la France contenant au total cinq millions d’euros en espèces. Des fonds qu’il dit avoir remis une fois directement à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, et les deux autres fois à son directeur de cabinet de l’époque, Claude Guéant.

Nicolas Sarkozy a opposé un «démenti formel» à ces accusations, mettant en cause l’«absence de crédibilité» de Ziad Takieddine et promettant des «poursuites judiciaires». L’avocat de Claude Guéant, Philippe Bouchez-El Ghozi, s’est pour sa part étonné de ces allégations formulées «à quelques jours de la primaire de la droite», promettant lui aussi une plainte en diffamation. Ziad Takieddine avait déjà porté des accusations sur un éventuel financement libyen de la campagne de la droite en 2007, mais il ne s’était pas impliqué directement dans des remises de fonds.

Lors de ces précédentes auditions devant les enquêteurs, l’homme d’affaires avait varié dans ses explications, assurant tantôt pouvoir «fournir les éléments existants» sur le financement de la campagne, tantôt ne pas être en mesure d’en apporter la preuve matérielle.

Les faits allégués par Ziad Takieddine ont déjà été évoqués en 2012 par l’ancien chef des services de renseignement libyen Abdallah Senoussi, lors d’une audition dans le cadre de poursuites de la Cour pénale internationale (CPI). Abdallah Senoussi avait affirmé avoir «personnellement supervisé» le transfert de cinq millions d’euros pour la campagne en «2006-2007», selon des éléments de l’enquête des juges d’instruction français sur un possible financement libyen, dont l’AFP a eu connaissance.

Laisser un commentaire