Syrie: à Alep, la rébellion perd pied face à l’offensive du régime

Syrie: à Alep, la rébellion

Les rebelles syriens sont en train de lâcher prise devant l’offensive de l’armée de Bachar el-Assad à Alep-Est. Ce lundi 28 novembre, c’est le quartier d’Al-Sakhour qui est passé sous le contrôle des forces gouvernementales. Une défaite majeure pour la rébellion syrienne, obligée désormais de se retrancher dans le sud-est de la ville.

La rébellion est-elle en train de s’effondrer face aux coups de boutoir du régime syrien et de ses alliés ? C’est en tous cas la première fois, depuis 2012, que les rebelles sont obligés de reculer de manière aussi rapide, et de céder autant de territoires en seulement quelques jours.

En moins de trois jours, le front a cédé sur tous les quartiers situés dans le nord-est d’Alep. Samedi 26 novembre, c’est d’abord la perte du quartier de Massaken Hanano, la position la plus importante pour les rebelles dans le nord de leur territoire. Dimanche, puis lundi, l’armée syrienne et ses alliés progressent ensuite sur plusieurs secteurs jusqu’à s’emparer du quartier d’Al-Sakhour : désormais l’ensemble des positions septentrionales de la rébellion sont aux mains des forces pro-Assad.

En quelques jours, les rebelles ont perdu de 30% à 40% des territoires qu’ils contrôlaient : un véritable effondrement militaire du côté de la rébellion, et une victoire très importante pour le régime. A ce recul militaire très important vient s’ajouter la fuite de plusieurs milliers de civils, autre coup dur pour l’opposition.

L’appui décisif de l’aviation russe

Au-delà de l’aspect dramatique de cette fuite soudaine et chaotique, ce premier exode des habitants d’Alep-Est pourrait en effet avoir un impact stratégique majeur, car le régime syrien a tout intérêt à vider Alep-Est de sa population afin d’isoler encore davantage les combattants rebelles.

En quelques jours, le régime et ses alliés a donc réussi à obtenir plus de résultats qu’en plusieurs mois de siège – alors que ses dernières tentatives de percée avaient toutes échoué par le passé. Une première explication à cet effondrement aussi soudain que spectaculaire réside sans doute dans l’appui décisif de l’aviation russe. Depuis le 15 novembre, ces bombardements ont repris avec une violence et une intensité sans précédent, et ils ont pulvérisé la résistance opposée au sol par les combattants rebelles sans que ceux-ci puissent faire quoi que ce soit, l’opposition syrienne ne disposant d’aucune arme anti-aérienne.

Au sol, l’armée syrienne a également bénéficié du soutien de ses alliés iraniens et libanais (miliciens du Hezbollah). Enfin, face à cet effort concerté et massif, la rébellion syrienne n’a pas reçu le soutien espéré de ses alliés traditionnels – pays occidentaux, pays du Golfe et Turquie. « Nous manquons lourdement de combattants et de munitions », déplore un combattant rebelle joint par l’agence Reuters, accusant les soutiens de l’opposition de l’avoir abandonnée.

Diplomatie américaine paralysée

Désormais maître des trois quarts de la ville, le régime syrien pourrait décider de marquer une pause dans son offensive, afin de consolider ses positions et de forcer les rebelles à une reddition négociée. Enclavée dans un territoire de plus en plus réduit, privée de toute aide extérieure, la rébellion pourrait se voir asphyxiée au point d’être obligée de se soumettre aux conditions posées par le régime.

A l’image de ce qui s’est passé en 2014 dans la vieille ville de Homs, ou plus récemment à Daraya, les combattants rebelles accepteraient de rendre leurs armes lourdes et de quitter leur territoire pour être exfiltrés vers la province d’Idleb, encore sous leur contrôle. Cette stratégie a déjà réussi au régime syrien, et il pourrait donc être tentant de la mettre de nouveau à l’œuvre.

Mais Bachar el-Assad et Vladimir Poutine pourraient choisir, au contraire, de pousser leur avantage, et de poursuivre leur offensive vers le sud-est de la ville. Ce scénario aurait l’intérêt d’intervenir au meilleur moment pour Damas et pour Moscou, puisque la diplomatie américaine est actuellement de facto paralysée par le passage de relais entre Barack Obama et Donald Trump.

RFI

Laisser un commentaire