Société: Diop Iseg crache du feu sur son épouse Aïssatou Seydi et l’accuse de complicité avec l’ex-Dg de la Sicap pour le détruire

L’homme d’affaires Mamadou Diop dit Diop Iseg, a entamé une guerre médiatique contre sa seconde épouse, Aissatou Seydi qui lui a présenté une ordonnance d’expulsion de sa maison sise au Sacré-Cœur 3. Elargi de prison le 28 juillet dernier, suite à l’affaire de mœurs l’opposant à la jeune chanteuse Dieynaba Baldé, M. Diop à travers ses avocats, a aussitôt déposé une plainte contre son épouse qu’il accuse de vouloir profiter de son sort pour s’enrichir.

D’entrée, Diop Iseg est revenu sur l’histoire de la maison source du problème avec sa femme. Il a informé dans les colonnes de L’Observateur, que son épouse, jadis Directrice de l’Institut supérieur d’entrepreneurship et de gestion (Iseg), a été mandatée par l’Iseg pour l’acquisition de deux maisons appartenant à Mamadou Ba, ancien Directeur général de la Sicap. Sur les 360 millions de F CFA qui constituent le prix des deux maisons, il ne reste que la somme de 40 millions de F CFA à verser aux propriétaires, a souligné Mamadou Diop.

« Pensant que j’allais croupir en prison pendant au moins une décennie, la dame que je considère toujours comme ma femme, s’est frauduleusement procurée un droit réel en un temps record avec la complicité du chef de centre des Impôts et Domaines de Grand-Dakar. Elle déclare avoir acheté la maison le 30 avril 2020 pour ensuite se faire établir un droit réel un mois plus tard », a expliqué M. Diop.

« Aïssatou Seydi est en complicité avec le chef de centre des Impôts et Domaines de Grand-Dakar et l’ex Dg de la Sicap »

« Je soupçonne le chef de centre des Impôts et Domaines de Grand-Dakar et Mamadou Ba, l’ex Directeur général (Dg) de la Sicap, qui m’a vendu le terrain, d’être de connivence avec Aïssatou Seydi », a-t-il soutenu.

Soulignant des bizarreries dans cette affaire, le PDG de Iseg est d’avis que « la notaire Bineta Thiam n’a pas le droit d’authentifier une vente dont elle n’a pas reçu l’argent. Elle devait se contenter de constater. (…). Comment comprendre aussi que le juge veuille signer une ordonnance d’expulser, alors que le code de la famille dit que dans les liens du mariage, une femme ne peut expulser son mari pour un souci de préservation de l’unité de la famille », s’est-il questionné.

 

Diop Iseg crache du feu sur son épouse Aïssatou Seydi et l'accuse de complicité avec l'ex-Dg de la Sicap pour le détruire

« Mon épouse Aïssatou Seydi n’a jamais été aussi heureuse que durant ma détention »

« Alors que j’étais en prison, elle n’a cessé de menacer ma fille Habiba, en lui disant qu’elle va l’envoyer en prison, comme elle l’a fait pour moi. Elle a abandonné le domicile conjugal pour venir semer le désordre et s’acharner sur ma fille et ma mère qui est actionnaire de l’Iseg. Elle n’a pas épargné ma sœur, dont la fille porte son nom », a pesté Diop Iseg.

Poursuivant, il ajouté : « Au moment où j’étais en prison, elle passait tout son temps à organiser des manifestations folkloriques avec de grands artistes grassement payés pour les petites prestations ».

« Avec l’argent volé à l’Iseg, Aïssatou Seydi s’est fait construire plusieurs maisons à Keur Ndiaye Lô »

Le natif de Gamboul, une localité situé dans la région de Kaolack, a aussi accusé son épouse d’avoir volé l’argent de son institut pour se faire plaisir. « Elle s’est construire plusieurs maisons à Keur Ndiaye Lô avec la complicité de Waly Fall et d’El Hadji Dia Ba Mbaye. Au mois de décembre dernier, elle s’est payé le luxe de faire séjourner à Paris 15 membres de sa famille qui payaient chacun 1500 euros ( 982.500 F Cfa) par jour. Elle a passé 3 semaines à l’hôtel Radisson pour faire le Bamboula avec des amies », a-t-il fait savoir.

Diop Iseg de conclure : « Comme si le fait d’avoir ourdi ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Dieyna ne suffisait pas, elle a eu à activer des agents de l’Iseg contre moi. En vérité, mon épouse n’a jamais été si heureuse que durant ma détention ».

Laisser un commentaire