Sénégal: Sept 7 pécheurs meurent sur un accident en un jour

Sénégal

« Nous allons prendre des mesures très difficiles pour les pêcheurs, mais c’est pour les protéger ». C’est en substance, la déclaration faite par le ministre de la pêche et de l’économie maritime Oumar Guéye. Hier, il était face aux acteurs de la pêche, à Saint-Louis, dans le nord du Sénégal.Comme ces mesures de protection, il s’est aussi engagé à stopper les accidents qui finissent toujours par des drames.

Depuis la mise en place de la « brèche » en 2003, on constate de fréquentes pertes en vies humaines chez les acteurs de la pêche. Dernièrement sept 7 pêcheurs sont morts dans un accident de pirogue et cela dans la même journée.

A ces accidents, s’est  ajoutée une forte augmentation du nombre de corps -sans vies- retrouvés en mer comme des disparus jamais retrouvés. Ainsi, pour remédier à ce phénomène et suite à de nombreuses interpellations des concernés, le ministre a affirmé que les mesures consisteront à positionner, au niveau de la « brèche », une vedette de 20 mètres.

Et, cela, se fera avec la collaboration de la direction de surveillances des pêches, la marine nationale, si le besoin se fait sentir, pour empêcher les pirogues d’attaquer la brèche; en cas de houle.

Cependant, il a invité les pécheurs à respecter fortement les prévisions météorologiques. Aussi, le ministre de la pêche a insisté sur le port des gilets de sauvetage. En effet, il a prévenu de prendre des dispositions coercitives pour empêcher les pêcheurs Sénégalais d’aller vers la zone mauritanienne où ils se sont, ces derniers temps, fait tirer dessus par les garde cotes mauritaniennes.

En ce qui concerne le retour au pays des pécheurs sénégalais qui étaient établis en Mauritanie, « une enveloppe de 75 millions de FCFA a été mise à la disposition de l’ambassadeur qui se trouve actuellement à Nouakchott pour appuyer les acteurs de la pêche. »

Et pour ceux qui avaient immatriculé leurs pirogues dans ce ce pays voisin, avec comme propriétaire au plan du statut des mauritaniens, le ministre demande une « négociation » avec les mareyeurs, car c’est une affaire désormais privée.

Pour finir, le ministre de la pêche a annoncé la tenue prochaine d’un conseil interministériel pour la mise en œuvre des solutions proposées par une étude faite sur la question de la brèche.

 

 

Laisser un commentaire