Sénégal: La santé paralysée par un mouvement de grève

Pour non-respect des accords signés, le secteur de la santé est paralysé Les jeudi 29 et vendredi 30 septembre, le syndicat de la santé dans l’action unitaire (2SAU) est en grève pour non respect des accords signés avec le gouvernement. Le service minimum est assuré dans les structures sanitaires, causant des désagréments chez les patients et accompagnants.

Une grève de 48 heures est enclenchée depuis hier, jeudi 29, par les spécialistes de la santé pour contraindre le gouvernement à respecter les accords signés pour recrutement dans la fonction publique, paiement d’indemnités et d’heures supplémentaires etc. Dans les structures sanitaires, seules les urgences sont gérées. Les patients programmés pour des anlyses, soins, pansements, radiographies et échographies, entre autres, ont du ruminer leur colère et renter bredouille.

Ce mouvement d’humeur dans la santé intervient dans un contexte où, pratiquement, toutes les catégories socioprofessionnelles sont mécontentes. Les enseignants et les transorteurs s’inscrivent dans cette dynamique de grève: ils réclament le respect des accords signés. Dans la semaine, le secrétaire général du Cusems, Mamadou Lamine Dianté, a lancé au gouvernement un appel qui sonne comme un avertissement.

Il a déclaré que si le gouvernement souhaite avoir une année scolaire apaisée, il n’a qu’à respecter les accords signés. Les transporteurs également sont sur le pied de guerre. Ils attendent le gouvernement au tournant pour voir s’il va respecter ses engagement. C’est dire que le gouvernement est assis sur une pourdrière, car les médecins, enseignents et transporteurs n’entendent plus lui faire de cadeau.

D’autant plus que c’est Macky Sall qui avait déclaré, urbi orbi, que son gouvernemet ne signera désormais que des accords réalistes et réalisables. Si tant il est vrai qu’il l’a dit, pourquoi chaque année les travailleurs réclament le respect des accords? Il y a anguille sous roche.

Laisser un commentaire