Sénégal: Quatre années après la mort par le feu de 9 talibés, la Médina se souvient du drame

Sénégal

Quatre années après la mort par le feu de 9 jeunes garçons réduits à la mendicité par leur maitre coranique, la Médina s’est acquittée, ce matin, de son devoir de mémoire. Ils sont venus nombreux rendre hommage à ces talibés tués dans l’incendie de leur dortoir.

Ils étaient 9. Neuf garçonnets âgés entre 5 et 12 ans et ils ont, en partage, le fait d’avoir rendu l’âme dans d’atroces conditions et de souffrance: calcinés par le feu qui a réduit à néant leur dortoir où étaient entassés 80 personnes dont 53 enfants. Ici, malgré le temps, personne n’a rien oublié de cette terrible nuit.

D’après Awa Sow, un témoin qui a assisté au drame, « l’incendie est venu d’une bougie qui a été allumée par Alimatou Diallo, maman de Mariama Gano, une fillette décédée dans les flammes’’. Elle signale que «l’imprudente» maman avait laissé ses deux enfants dans la chambre, Mariama et Amadou Samba Gano, rescapé. Et depuis ce drame, plus personne n’a plus eu de leurs nouvelles et on a commencé à vivre avec.

Ce vendredi 3 mars, c’est un retraité français, André Lambert, ancien de la gendarmerie qui a voulu à tenir intacte la flamme de leurs mémoires. Et pour cela, il a invité les populations à prier pour le repos de leur âme. Dans cette mission, il est accompagné par le réseau des journalistes africains pour la protection des enfants (REJAP) et quelques bonnes volontés encore frileuses à s’engager, corps et âmes. A la Médina, en ce jour de commémoration, même si le drame est resté dans la mémoire collective des habitants, la date de cette tragédie est, quelque peu, oubliée. Comme l’est la leçon qui devait en être tirée.

Comme les habitants, les officiels, aussi, ont tourné la page de ces enfants; préoccupés qu’ils sont à faire la cour à leur bétail politique en vue des futures élections. Pourtant, au lendemain de ce terrible incendie, tout ce que le Sénégal comptait de professionnels de la politique et de personnalités en quête de visibilité s’étaient donnés rendez vous à la rue 19 angle 6 de la Médina. Du président Macky Sall suivi de sa cohorte de ministres à Idrissa Seck, Malick Gackou, Khalifa Sall…Comme le président de la République, tous avaient pleuré la mort tragique des jeunes talibés, juré de ne jamais les oublier et promis que pareils drames ne se reproduirait au Sénégal. Tous, des officiels aux opposants, se sont dédits.

Quatre années après, personne ne s’est souvenue ni de la date ni des victimes. « En dehors de André Lambert, nous de la Rejap, le seul politique qui s’est toujours souvenu de ces victimes innocentes est le maire de la Médina, Bamba Fall« , a déclaré Doudou Sidibé. L’édile de la Médina, aujourd’hui en détention pour une sombre affaire de violences volontaires contre le siège du parti socialiste, son parti, a été l’absent le plus béni des populations. « D’ailleurs, a déclaré Doudou Sidibé à l’endroit des politiques, après qu’ils les aient enterrés dans une fosse commune, ils ne se sont jamais souvenus d’eux. C’est nous (Rejap), André Lambert et le maire de la Médina qui avons permis qu’ils aient des tombes décentes où tout un chacun peut aller se recueillir et leur rendre hommage. »

Pour que la mémoire de ces bambins ne tombe pas dans l’oubli et que des enfants ne soient plus dans la rue, M. André Lambert voudrait que « l’Etat, qui en juillet dernier avait pris la décision historique de retirer les enfants de la rue, aille au bout de sa logique et continue son combat de sauver les enfants de la rue. » Sans attendre l’aide du gouvernement, le président de l’association « Babacar et Bénita, Cantine du Coeur » a décidé de poursuivre son combat de protection de la petite enfance délaissée.

Loin de la simple campagne de communication sur le sort de ces enfants que tous les Sénégalais rencontrent, tous les jours dans la rue comme s’ils étaient du décors, André Lambert veut chercher les moyens de leur offrir le bien-être, loin des taudis: dans un endroit décent où ils pourront continuer à apprendre le Coran. Ce toit que je veux leur donner, en vendant des produits locaux dans des commerces, à des Sénégalais, permettra de financer la construction d’un centre où ils auront protection et éducation afin de grandir dans un milieu sain. » A déclare André Lambert qui a permis à 9 jeunes de la Médina de lâcher autant de pigeons blancs symbolisants ces 9 petits anges, morts calcinés, le 3 mars  2014 dans le taudis qui leur servait de dortoir.

 

 

Laisser un commentaire