Sénégal: Policiers et opposition se font face devant l’Assemblée nationale pour le vote de la loi sur les législatives

Sénégal: Policiers et opposition se font face devant

0

La situation sécuritaire est en train de se dégrader devant l’Assemblée national du Sénégal.

Depuis ce matin, une forte présence des forces de l’ordre a été notée autour de l’hémicycle où des parlementaires doivent voter, sur instruction de l’exécutif, une loi controversée sur l’élection des législatives du 30 juillet prochain.

Venus en petits groupes, des opposants ayant réussi à tromper la vigilance des forces de l’ordre ont réussi à s’introduire au sein de l’Assemblée. Mais, le calme apparent qui régnait ici à la place Sowéto a été dérangé par la sortie manu militari d’une dizaine de personnes dont 8 appartiendraient au mouvement Bokk Gis Gis de Pape Diop, l’ancien maire de Dakar.

Cette sortie forcée suivie de la conduite des personnes interpellées au commissariat de police du Point E a été suivi par l’arrivée de renforts policiers dans les alentours de la place Soweto où une meute de journalistes est tenue à l’écart. Pour sa part, Moussa Diakhaté, le porte parole de Bokk Gis Gis, sorti de salle a fait face à la presse. Il a déclaré que en tant que investi comme candidat à l’élection, il devait assister au vote de la loi au sein de l’hémicycle.

« Mais des gendarmes, en faction, lui ont interdit l’accès prétextant que c’est plein à l’intérieur de l’Assemblée alors que seuls 6 députés sont actuellement présents. » Considérant cela comme un forcing organisé par l’Etat, il en a appelé au chef de l’Etat, Macky Sall. Comme ces partisans de Bokk Gis Gis, Abdoul Aziz Diop du Pds et Gallo Tall ont déclaré avoir été brutalisés par des forces de l’ordre qui agissaient sur ordre du président de l’assemblée nationale, Moustapha Niasse.

Blessé à la jambe, Gallo Tall a été conduit à l’hôpital et il a déclaré que il a été violenté pour avoir simplement demandé à ce qu’on ne vote pas la loi devant être débattue. Aussi, Mouhamed Bassirou Kébé de Mankoo Wattu Sénégal qui est venu répondre aux micros des journalistes a déclaré que le député Oumar Sarr, secrétaire national du Pds, est actuellement dans l’hémicycle. « Mais, j’ai été témoin de sa brutalisation par des policiers » alors qu’il a le droit d’assister à cette réunion et de donner son avis.

En attendant la suite de la rencontre qui se tient toujours sous bonne garde, Néné Mané, le coordonnateur national des étudiants de Bokk Gis Gis comme Mountaga Tall, évacués de la salle, risquent de s’expliquer devant des enquêteurs de la police judiciaire. Sorti de salle, Oumar Sarr qui est venu faire face aux journalistes pour une déclaration a été stoppé net.

Les policiers lui ont intimé l’ordre de ne pas parler aux journalistes devant l’Assemblée nationale. Quant à son collègue de Tekki, Mamadou Lamine Diallo, il a déclaré aux journalistes que « ce projet de loi vote qui est de 1978 ne pas passer. Parce qu’elle fait entrave au secret du vote« 

Laisser un commentaire