Sénégal: La mairie d’une commune refuse l’incinération d’un travailleur chinois décédé

0

C’est un véritable choc des cultures qui se dèssine à Réfane, dans le département de Bambey, au Sénégal. Et il oppose la petite communauté d’expatriés chinois aux autochnones du Baol.

Les chinois parlent d’intolérance culturelle pendant que les Sénégal crient au sacrilège. A Réfane, la colère des populations autochtones est en train de prendre des proportions qui posent le débat sur la possibilité d’une bonne cohabitation avec les chinois qui, même si ils vivent en communauté reclus, commencent à être trés visibles dans la région de Diourbel.

Employé dans la réalisation de l’autoroute Ila Touba, qui relie le reste du pays à la capitale du mouridisme, Touba, un expatrié chinois du nom de Chuan Hua Chien a, au cours de la semaine, perdu la vie dans un accident de circulation. Et ses compatriotes, qui ont décidé de faire respecter des pratiques de chez eux, ont demandé à incinérer le corps de leur collègue.

Mais ce voeu de crémation s’est heurté au refus catégorique du maire de Réfane, encouragé en cela par ses administrés qui ne peuvent supporter un tel « sacrilège » sur le sol de leurs ancêtres.

Dans cette commune sérère, fondamentalement traditionnelle, même si une grosse partie de la population commence à accepeter les religions monothéistes, symboles de modernité, les croyances ancestrales ont la peau dure.

Et brûler le cadavre d’un être humain est, ici comme partout en Afrique, synonyme de punition de l’enfer; et ce droit Seul Dieu a le pouvoir de le faire.

Confronté à ce refus net de leurs hôtes, les expatriés chinois ont tapé à toutes les portes. De guerre lasse, Kewoulo.info a appris que le corps du défunt travailleur est actuellement à la morgue de l’hopital de Bambey. Et les responsables de la société Henan ont évoqué la possibilité de, finalement, enterrer le corps au Sénégal comme le leur a permis la mairie.

Pour rappel, c’est par soucis d’économiser des surfaces arables et pour freiner la coupe de bois -pour confectionner les caisses mortuaires- que le Grand Timonier, Mao Tsé Toung, a interdit l’enterrement en Chine.

Aujourd’hui, si les gouvernements chinois dissiuadent toujours la mise sous terre des corps, dans les grandes villes-, dans des villages reculés du pays, on continue  d’enterrer les cadavres. Et le milliard de chinois compte, en son sein, des communistes, des musulmans, des confucianistes, des taoïstes, des boudhistes, un peu de chrétiens etc.

Et chacun de ces pratiquants essaient, à l’abri des yeux du gouvernement, de faire respecter les traditions de sa religion. A Réfane, les chinois finiront, certainement, à se conformer à cette autre culture qui les acueille désormais. Et qui n’imagine pas un cadavre cramer comme du barbecue.

Laisser un commentaire