Sénégal: Macky Sall, genèse d’une longue trahison

    Légitime démence

    C’est, sur les restes d’un Abdoulaye Wade conspué par son peuple et voué aux géhennes de l’histoire du Sénégal que Macky Sall est arrivé au pouvoir en avril 2012.

    Quatre ans après, le président de l’APR a battu tous les records d’impopularité que son prédécesseur a mis 8 ans à réaliser. A Dakar, comme partout à l’intérieur du Sénégal, comme en France où son mouvement a vu le jour -à Mantes La Jolie-, le nom du chef de l’Etat sénégalais est associé à la traitrise. La trahison de la parole donnée. La félonie de l’immense espoir placé en lui pour barrer la route à un jeune parvenu qu’un vieux sénile voulait imposer aux Sénégalais.

    Il avait promis la reddition des comptes pour tous les prévaricateurs de deniers publics et une sévère punition pour les « détourneurs » de fonds publics. Parmi tous les grands délinquants financiers épinglés dans le régime de Wade, il n’a assouvi sa vengeance que sur le seul Karim Wade, couvrant du voile protecteur de l’executif tous les autres. Pour eux, il est allé jusqu’à installer une récompense.

    Lui au pouvoir, c’est la porte ouverte à la promotion des laudateurs et des courtisans. Il avait promis une gestion sobre des affaires de l’Etat, Macky Sall nous a imposés le népotisme, en favorisant l’octroi de marchés publics colossaux à des amis mafieux -comme Adama Bigtogo, Franck Timis- au détriment du contribuable sénégalais.

    Karim Wade, le fils de l’autre grand bandit, a été reconnu coupable du casse du siècle au détriment du trésor sénégalais. Macky Sall l’a nuitamment extrait de Reubeuss, embarqué dans un jet privé pour le lointain Qatar sans aucun espoir pour nous de recouvrer le moindre centime; alors que nous avons dépensé des milliards de Francs pour des frais de justice.

    On l’a élu -sur ses promesses- à un mandat n’excédant pas  5 ans, «le lion qui dort» a cru nous avoir roulés dans le poto-poto en se cherchant une légitimité constitutionnelle pour s’imposer pendant deux années supplémentaires à la tête de notre pays.

    Pendant ce temps, tous ceux qui semblent lui rappeler son engagement à gérer sobrement nos affaires sont limogés, menacés de poursuites judiciaires -Ousmane Sonko, Nafi Ngom Keïta-  et sali par des hâbleurs enragés – Moustapha Cissé Lô, Abdou Mbow- à la solde du palais.

    Il s’était engagé à faire appliquer la justice pour tous. Mais, le constat est là. Il est amer. La justice est rendue à la tête du client: meurtrier du nervis Ndiaga Diouf, Barthélémy Diaz est en liberté et se permet même le luxe de diriger une commune. Luc Nicolaï, inculpé de trafic de drogues est libre et j’en passe des meilleurs…

    Cheikh Béthio Thioune est mêlé au double meurtre de Médinatoul Salam. Mais, à cause des accords secrets tissés avec le régime, il continue de parler à notre jeunesse, à la conduire sur les voies de l’obscurantisme et à lui promettre un paradis que lui même ne croit pas détenir les clés; comme le prouve les injonctions du khalife général des Mouride. Injonctions auxquelles il a obtempéré, en rétrogradant tous ses cheiks et cheikhettes au rang de simples Thiantacônes.

    Thione Seck s’est révélé le plus grand escroc du Sénégal, pris avec des milliards de F CFA dont la mise en circulation aurait ruiné nos économies nationales et porté de gros préjudices à nous autres Sénégalais de la diaspora qui aurions échangé nos vrais euros contre de faux billets de banque.

    Et pourtant, le père de Waly Seck est libre comme l’air tandis que son complice, Alaye Djitté continue de croupir en prison. Si à ces injustices vient s’ajouter le meurtre de Ibrahima Fall, accusé de recel de mouton qu’il avait acheté pour sa famille en cette veille de Tabaski, tué lors des dernières mutineries de Reubeuss, il y a de quoi révolter les âmes libres.

    Si à cette liste non exhaustive s’ajoute la mainmise de la famille présidentielle sur notre pétrole alors que son frangin de journaliste, Aliou Sall, n’y connait rien en hydrocarbures, la possession de notre passeport diplomatique par de lugubres personnalités de la trempe de Adama Bigtogo, Seydou Kane et j’en passe, il y a de quoi s’inquiéter de ce Sénégal que nous avons confié à Macky Sall.

    Une chose est sûre: nous avons été trahis. Ce n’est pas pour un tel bilan -à mi mandat- que nous avons choisi cet homme sorti des nôtres et qui promettait de nous rendre nos maigres économies.

     

    Laisser un commentaire