Editorial: Légitime démence (Par Babacar Touré)

Editorial

6

Article publié le 26 décembre 2011

«Le silence est la vertu des sots.»  

Francis Bacon 

Le meurtre de Ndiaga Diouf va, à coup sûr, chambouler les plans des uns et des autres, sceller des destins et briser des certitudes. Il aura le mérite de montrer le vrai visage des uns et des autres, lorsque la survie de leurs intérêts bassement personnels est menacée. Des défenseurs des Droits humains aux journalistes, à cause de leur haine des Wade ou pour ne pas gêner une affaire en cours, la quasi-totalité des donneurs de leçons a préféré se taire. Se faire complice de ce meurtre.

Et pour ceux qui ont brisé le silence, tout le monde -ou presque- a parlé de légitime défense. Pas parce qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent. Mais parce que tous les moyens sont bons pour faire peur au camp adverse et faire comprendre à Wade qu’il n’a pas «le monopole de la bêtise.» Dans leur tête, l’équation est toute simple,  «l’ennemi de mon ennemi étant mon ami».

Barthélémy a rendu un immense service aux opposants de Wade. Mais le cowboy de Mermoz a aussi rendu un très mauvais service au peuple sénégalais. Et la volonté des opposants de se cacher derrière la légitime défense pour sauver la tête du pistoléro est malsaine et malhonnête.

Faut-il rappeler ce qu’est la légitime défense?

C’est un arrêt de la Cour de cassation du 25 mars 1902 qui s’est substitué à une vieille jurisprudence pour faire valoir ce fait justificatif dans le Code pénal français, en définissant ses conditions en son article 122, alinéa 5 et 6. Le Code français qui a inspiré celui sénégalais stipule qu’«il y a légitime défense lorsqu’une personne commet une infraction –un délit ou un crime- pour sa défense ou pour défendre autrui contre l’agression d’une autre personne.»

Si Barthélémy Diaz déclare avoir tiré sciemment et tué froidement, il doit apporter la preuve que les craintes pour sa vie et pour celles des autres personnes qui étaient avec lui sont réelles et non putatives ou psychologiques; que les menaces sont actuelles ou, en tout cas, imminentes et que cette agression ne vient pas de l’autorité –police ou gendarmerie- donc injuste.

Or, de sa bouche, Barthélémy a déclaré, je le cite «j’étais chez moi quand on m’a dit que des nervis étaient venus à la mairie pour la saccager, mettre le feu à mon domicile et s’en prendre à moi. Donc je suis venu me mettre devant la mairie pour la défendre». Comme il l’avoue lui même, les nervis n’étaient nullement venus à son domicile et ne menaçaient pas directement sa vie.

Aussi, des nombreux témoignages recueillis sur le chaud par les reporters de la presse, il a été dit que les manifestants voulaient s’en prendre à la mairie. Mais que la police, sur le terrain, est intervenue et a demandé aux vandales de quitter les lieux; et que ces derniers ont obtempéré.

 

Mais que la population voyant ses agresseurs vouloir battre en retraire à voulu l’en empêcher. « Puisqu’ils sont venus se battre on ne doit pas les laisser partir comme ça », ont scandé les populations de Sicap. Voila comment la bagarre est née. Un simple caillassage, rien d’autre.  Alors, pourquoi diable le maire est-il intervenu?

Tout simplement parce que Barthélémy adore les caméras, il veut paraitre comme le seul guerrier de Sénégal, le seul «garçon de l’opposition» et comme diraient les Ouolof, dafa réép. Depuis le temps qu’il chantait qu’il possédait une arme, il n’avait jamais eu l’occasion d’en faire un vrai usage. Il l’avait brandi à de nombreuses reprises sans faire feu. Et tous les amateurs d’arme –comme moi- savent que dès qu’une arme sort de sa gaine, elle doit faire feu. Et quand on fait feu avec une arme, on doit atteindre sa cible, la neutraliser, la détruire.

Une arme à feu est un stimulant, elle incite à la violence. Je ne dirais que Alalou Djiné leu, pour ne pas prêter le flanc aux superstitieux. Mais la détention d’un pistolet donne un sentiment de supériorité et de toute puissance. Quand on porte une arme à la ceinture, on a l’impression que tous ceux qui respirent, marchent et font l’important, le font parce que on le veut. Autrement, ils disparaitraient sur le champ. D’un seul coup de feu. Je parle en connaissance de cause.

Ce que dit le Code pénal

Tout bon officier de police judiciaire, toute personne -qui a une fréquentation assidue du Code pénal- vous dira que le simple fait de brandir une arme en direction d’un individu est passible de poursuites judiciaires. Barthélémy a été convoqué à de nombreuses reprises par la police –sans suite- à cause de son arme et il s’est certainement dit que la prochaine fois qu’il brandirait son pistolet, il n’hésiterait pas à montrer sa vraie nature, un apprenti criminel.

A l’écouter, j’ai l’impression que Barthélémy -comme de nombreux citoyens- ignore tout des conditions de détention et de port d’arme: lorsqu’on a une autorisation de détention d’arme on n’a pas le droit de sortir cette arme de chez soi, de se promener avec. Lorsqu’on le fait on peut être poursuivi pour le délit de port illégal d’arme et être condamné à une peine de prison ferme. On ne se promène avec une arme et en fait usage, en public, que si l’on dispose d’une autorisation ministérielle de port d’arme. Et ce n’est pas un permis de tuer comme on en donnait au Far-West.

Devant la caméra de TFM, croyant que cette déclaration allait certainement lui servir, le maire a eu le toupet de dire, «on s’est regardé en chiens de faïence et puisqu’ils sont venus pour se battre, on a décidé de ne pas les laisser partir sans faire ce pourquoi ils ont été payés». Donc, « puisque leur intention première était la bagarre, on va les attaquer » ont décidé Barthélémy et ses amis. Mais, la mairie étant un démembrement de l’Etat, c’est à la police de défendre l’institution. Si elle ne le fait, elle doit en répondre. Barthélémy n’avait rien à faire sur les lieux.

Il a lui-même avoué que c’était pour leur donner une leçon qu’il a décidé de s’attaquer aux nervis.  Donc sa vie n’était nullement menacée. Et cela est inconcevable avec la légitime défense qu’il invoque. Même s’il reconnaissait qu’il n’avait nullement l’intention de tuer, Barthélémy ne pourra pas sauver sa tête. La légitime défense est une circonstance qui ne peut être invoquée que lorsque l’acte est volontaire, précis. Donc destinée à détruire une attaque imminente. Ce qui ne semble pas être le cas, au vu des images que le monde entier a vues.

Si la menace était imminente, le maire n’aurait pas eu le temps de vider son chargeur, de retourner vers sa mairie, de revenir -bousculé par des partisans qui semblent le pousser à la faute- muni de deux armes, de les vider sur «ses gibiers» et de faire son show devant l’objectif de la caméra.     La défense pour être qualifiée de légitime, elle doit être nécessaire; ça veut dire que l’on n’a pas d’autres moyens de sauver sa tête que de commettre le crime. Que l’on ne peut pas fuir et que l’on n’a pas le temps de faire appel à la police.

Sur les images que nous avons vues, aucune arme n’a jamais été braquée sur la tempe du maire de Mermoz et il était libre de ses mouvements. Ni lui ni aucune personne qu’il serait tenté de défendre n’était directement menacée. Et la police dont le sacerdoce est la protection des personnes et de leurs biens, la sécurisation des lieux publics et des institutions était déjà sur place.

 

Donc, Barthélémy, n’étant pas agent du maintien de l’ordre, n’avait aucune raison de rester dans la rue pour, soi-disant, protéger sa mairie.    L’acte de défense, ensuite, doit être simultané: ça veut que la réaction doit être faite sur le champ, au moment supposé de l’agression. Or, Barthélémy lui-même a dit qu’ils sont restés en chiens de faïence, à se regarder pendant un bon moment.

Enfin, et pas la moindre des conditions qui doivent être réunies pour prétendre aux faveurs que procure l’article 122-5 et 6 du Code pénal, la défense doit être mesurée, proportionnelle à l’agression. Aux cailloux des agresseurs, Barthélémy et ses compagnons ne devaient répliquer que par des cailloux.
Ils ne doivent se servir d’une arme à feu que lorsque l’agresseur en a fait usage et est déterminé à les tuer. Or, même si on raconte que les nervis étaient armés, personne n’a jusque-là amené la preuve d’une telle trouvaille et aucune personne n’a été tuée ou blessée, par balle du coté des partisans du maire.

Il n’y a pas de légitime défense lorsque la riposte a lieu alors que l’agresseur s’en va, ou que la violence vise à prévenir une agression future et incertaine. Des résultats de l’autopsie de Ndiaga Diouf, on a appris que le projectile est entré par la nuque ; donc quand ce dernier quittait les lieux.

On ne peut évoquer la légitime défense lorsqu’on cherche à montrer à l’autre que Dakar est devenue un Far-West, qu’un nouveau cowboy est dans la cité et que «si c’était à refaire (on) referai (t) la même chose» et que «la victime n’est ni la première et ne sera pas la dernière», comme l’a averti le maire de Sicap-Mermoz.

Or, jusqu’à présent, il n’y a que Barthélémy Diaz, soucieux de sauver sa tête, qui crie sur tous les toits que les nervis étaient armés. En dehors de lui, ni la police ni aucun témoin crédible n’a fait état d’une telle trouvaille chez les gros bras.

Aussi, je tiens –pour montrer qu’aucun danger éminent n’était à craindre- à préciser que plus de 50 mètres séparaient les deux groupes antagonistes et qu’entre eux se trouvaient le commissaire de police de l’arrondissement et ses hommes. Donc, je pense qu’il faut plutôt parler de la légitime démence de Barthélemy.

Qui suis-je et où étais-je lors des autres agressions des gars du Pds?

Je ne suis pas un partisan du Pds, je suis foncièrement contre le système Wade. Je condamne l’utilisation des nervis pour intimider les opposants et les intellectuels comme j’ai toujours décrié l’embrigadement du pouvoir judiciaire dans des affaires politiques.

Ceux qui me connaissent vous diront que j’ai toujours appelé les journalistes à la révolte contre l’embastillement de la presse mis en place par le régime libéral, dénoncé les pratiques du régime wadien et me suis battu -tout seul- contre le ministère de l’Energie et la Sénélec lorsque tout le monde me prenait pour un mercenaire. Et que pendant ce temps, les journalistes se faisaient complices de Samuel Sarr et de Karim Wade pour nous conduire dans la situation que vous connaissez dans le secteur de l’Energie.

A Dakar, j’ai fait face, au péril de ma vie, à ces bandits du Pds. Et tout le monde me prenait pour un kamikaze. J’ai été le seul journaliste qui a osé dire à la télé les menaces contre ma personne, contre ma famille et annoncé être armé et prêt à mourir pour mes idées.    J’ai toujours déclaré qu’il faut faire face au gangstérisme des libéraux, avec les mêmes armes qu’ils utilisent et je n’ai jamais hésité à être auprès de mes compatriotes, comme lors de la marche de soutien aux journalistes, suite à l’agression de Kambel Dieng et Kara Thioune.

J’ai toujours crié au scandale après les agressions de Walf-TV, de l’AS, de 24 Heures Chrono. Demandé des poursuites pénales contre Farba Senghor pour ses farberies. À cause du régime Wade j’ai quitté mon pays. Et vis amèrement mon exil parisien. Ce n’est pas parce que ceux qui nous gouvernent sont des mafieux que nous devons être des hors la loi. J’ai souffert et continue de souffrir de l’éloignement de mon pays.

Mais, pour rien au monde, je ne voudrais voir bruler ce pays pour le débarrasser du Pds. Mon amour pour un Sénégal de paix, de quiétude est au dessus de mon aversion du Pds. Le Sénégal, pour moi, vaut tous les sacrifices. Je ne vais jamais prendre Barthélémy comme un modèle ou pour un héros et applaudir le meurtre de Ndiaga Diouf: aucune mort n’étant, pour moi, source de réjouissance.

C’est regrettable de voir un jeune politicien finir ainsi, déplaisant de savoir que ce sont des délinquants du Pds qui l’ont poussé à cette faute, inconcevable que ce soit une idole des jeunes qui va trinquer à la place des notables. Que des commanditaires seront en liberté, que ce n’est pas la première et que ce ne sera pas la dernière fois que de respectables citoyens vont être agressés, intimidés et insultés.

 

Mais, de grâce, il faut savoir ce que l’on veut faire de ce Sénégal qu’on doit remettre à nos enfants: une République ou une Jungle. Et se battre tous les jours pour ça, coute que coute. Car si l’on suit le raisonnement de Barthélémy Diaz et de ses fédayins, on va imposer la loi du Talion au Sénégal. A jouer à l’œil pour œil, dent pour dent, Mon Intime Conviction est qu’on va finir par n’avoir que des citoyens aveugles et édentés.

 Babacar Touré   

Journaliste-écrivain

6 Commentaires

  1. […] Ils ont loué ton courage quand il fallait faire face à l’arbitraire. Ils guettaient la lumière de ta torche pour pouvoir se rapprocher, sans crainte. A l’époque, c’était toute une machine de défense de la république qu’il fallait démolir. Tu étais une des cibles privilégiées. Je sais ce que cela coûte. Je faisais également parti des cibles. Dans nos multiples déplacements, un danger permanent nous guettait. […]

Laisser un commentaire