Sénégal: L’union sociale libérale s’incruste dans l’arène politique

Sénégal

Me Abdoulaye Tine

Dernière arrivée sur la scène politique sénégalaise, l’USL était face à la presse, ce matin. Dans le salon Océan du Radisson Blu, à Dakar, Me Abdoulaye Tine, le président de l’union sociale et libérale, s’est dit engagé à réconcilier le Sénégalais avec la politique. Remettre la politique au coeur des besoins du citoyen.

« Réconcilier le citoyen avec la politique et remettre la politique au coeur des besoins du citoyen »,  c’est la mission que s’est assignée l’USL, l’union sociale libérale. Ce matin, elle a fait face à la presse pour « vendre » son projet de société. Une nouvelle vision de la politique inspirée par des femmes et des hommes de conviction. Des experts indépendants qui ne sont jamais compromis avec aucun pouvoir et qui ont pensé que « il est temps de ne pas laisser cette classe de politiciens professionnels faire du Sénégal leur aire de jeu. »

Constitué de cadres sénégalais, experts dans tous les domaines, les initiateurs de l’USL sont « des citoyens convaincus qu’il est temps de donner ambition et passion à la politique. »  Et casser cette étiquette qui laisse croire que la politique va de paire avec le mensonge, la roublardise, la tromperie et l’enrichissement illicite. Aussi, se voulant défenseur des sans voix, Me Abdoulaye Tine a déclaré que leur engagement va aussi à l’encontre de  l’instrumentation de la justice à des fins politiques.

Outrés par la manière démagogique par laquelle s’est toujours faite la politique au Sénégal, L’Union Sociale Libérale a pensé que face à la gestion calamiteuse des dossiers judiciaires et la qualité des acteurs qui semblent avoir d’autres préoccupations que les doléances du peuple, il est temps qu’ils s’engagent et, avec eux, tous ceux qui veulent changer ce pays.

Face à la presse, son président, Me Abdoulaye Tine, a déclaré qu’avec ses camarades, ils ont décidé de briguer le suffrage des sénégalais à l’élection législative de 2017. Aussi, ce nouveau parti qui veut mettre un océan entre lui et les anciens a décidé de s’imposer dans le landernau politique. Et d’aller à la future présidentielle. « C’est le citoyen qui élit, celui qui est au pouvoir et l’oublie, nous allons le lui rappeler » a averti Me Abdoulaye Tine.

Pour l’avocat, « la politique ne doit pas se limiter à des règlements de comptes, à des emprisonnements d’adversaires gênants ou à des ambitions purement personnelles ». Pour lui, la politique doit être autre et se mettre au service du public.

Benjamine de la scène politique, l’USL qui se réclame de deux idéologies qui se sont toujours opposées au Sénégal pense que il y a du bien à prendre du socialisme comme du libéralisme. En langage clair, le leader de l’USL a déclaré que « Abdou Diouf est un socialiste, mais c’est lui qui a pratiqué les politiques les plus libérales que le Sénégal ait connues. Comme c’est Abdoulaye Wade, un libéral pur et dur, qui a mis les mesures les plus sociales de l’histoire du Sénégal. »

Alors, puisqu’ils ont décidé de prendre le bien de chacune de ses idéologies, les dirigeants de l’USL veulent que les acteurs politiques s’inspirent des actions de nos ainés que sont Léoplold Sédar Senghor, Cheikh Anta Diop et Mamadou Dia…

Le constat actuel est que « la politique ne fait plus rêver, c’est pourquoi nous avons décidé de nous engager pour redonner une nouvelle image qui ne renvoie pas à des complots, à des scandales et à des règlements de comptes. » Pour mettre une frontière avec les autres partis politiques existants, Me Abdoulaye Tine a déclaré que « l’USL ne résulte pas d’ambitions personnelles. Mais, il essaie de se forger une voie nouvelle. Faire renaitre la politique comme l’ont conçu les père de cette nation. « Léopold Sédar Senghor, , Cheikh Anta Diop, Mamou Dia ».

Laisser un commentaire