Sénégal: Les choses se corsent pour les barons du Parti socialiste

Sénégal

0

Après la condamnation de Barthélémy Diaz à 2 ans de prison dont 6 mois ferme, c’est au tour du maire de Dakar de faire face à la justice. Khalifa Sall est attendu devant les enquêteurs de la Division des Investigations Criminelles.

La jubilation du maire de Dakar à la connaissance du verdict de Barthélémy Diaz, condamné à deux ans de prison dont 6 mois ferme, a été brève. Après avoir déclaré que le droit avait été dite -puisque son ami a évité la prison-, c’est le présidentiable du PS, lui même, qui est dans le viseur des policiers et, par ricochet, de la justice. Khalifa Sall dont la gestion a été fouillée par les contrôleurs de la très redoutable Inspection Générale d’Etat est appelé à justifier « un trou de 3 milliards de F CFA. »

Après avoir rendu ses conclusions au chef de l’Etat, il appartenait à Macky Sall de donner ou pas une suite au dossier. Et comme on pouvait s’y attendre, le candidat de Benno Bokk Yakaar, à sa propre succession, a décidé « comme le lui permet la loi » de saisir le procureur de la République. Ce dernier, par un soit-transmis, a actionné les enquêteurs de la DIC pour tirer cette affaire au clair. Suffisant pour que le maire de Dakar voit, dans cette opération toute banale de contrôle des affaires publiques, une volonté politique de son adversaire à la présidentielle de 2019 de l’écarter.

A l’origine de cette affaire, se trouvent des « malversations » relevées par les enquêteurs dans la gestion des fonds sociaux attribués au maire de Dakar. En langage clair, le gouvernement reproche à Khalifa Sall d’avoir distribué de manière nébuleuse les 30 millions mensuels de son budget; argent devant être distribué à des populations nécessiteuses de Dakar. « L’Etat dit que la distribution de ces fonds ne s’est pas faite dans les règles de l’art et c’est la raison pour laquelle Macky Sall nous déférés devant le procureur de la République », a déclaré le maire de Dakar.

Ce contrôle -normal dans la gestion de deniers publics- que le challenger de Ousmane Tanor Dieng veut politiser, intervient dans un contexte tendu entre le gouvernement et la frange des rénovateurs du PS: le Premier Secretaire du PS, Ousmane Tanor Dieng, est un allié du président de la République -qui lui a offert la présidence du HCCT Haut Conseil des Collectivités Territoriales- et en contrepartie,  il a décidé de rouler pour le candidat de l’APR au détriment du Parti Socialiste qui a été, pendant les 40 premières années du Sénégal indépendant, le plus grand mouvement politique.

Ne pouvant accepter la dissolution de leur parti dans l’APR de Macky Sall, les jeunes loups du PS ont décidé de tordre le bras au mammouth du PS -Ousmane Tanor Dieng-, créant, ainsi, une rébellion au sein du parti de Léopold Sédar Senghor. Bamba Fall, le maire de la Médina, chantre de cette rébellion a été accusé de tentative d’assassinat, de destruction de biens d’autrui et emprisonné. Barthélémy Diaz, le meurtrier de Ndiaga Diouf, a été reconnu coupable de coups mortels et condamné à 2 ans de prison dont 6 mois ferme; une condamnation qui lui enlève toute possibilité de participer à de futures élections.

Leur champion, candidat désigné à la présidence du Sénégal, est le dernier de cette liste à devoir défiler devant les juges. En attendant la suite que le parquet voudra bien réserver à cette affaire de malversation de biens sociaux, des proches de Khalifa Sall ont commencé à faire face aux enquêteurs de la très redoutable Division des Investigations criminelles.

Babacar Touré

Directeur des Publications

Laisser un commentaire