Sénégal: Des femmes de détenus dénoncent les tracasseries policières

Sénégal

Des femmes de détenus de la prison de Rebeuss n’en peuvent plus des conditions de visite à ladite maison d’arrêt.

En plus d’être peinées de l’emprisonnement de leurs proches, elles disent subir des tracasseries de la part des matons. A les croire, leurs droits de visite sont bafoués, puisque les temps de visite sont réduits et passés de 5 minutes à 2  minutes. A défaut d’être privées de visite, leurs permis sont souvent déchirés pour celles qui osent tenir tête aux gardes.

‘’ Dès que vous protestez, soit on vous interdit de voir le détenu sous le prétexte qu’il est en isolement ou bien ils déchirent votre permis’’, s’est plaint un groupe de dames auprès de EnQuête. Le pire, elles accusent les gardes pénitentiaires de leur faire des propositions indécentes. La décision qui les exaspère le plus, c’est la suppression de tout contact avec leurs proches prisonniers, puisque les mailles des grilles du parloir sont renforcées, depuis un certain temps. ‘’Le visiteur ne peut plus voir le prisonnier’’, fulmine une dame.

Les précisions de la DAP

La Direction de l’administration pénitentiaire (DAP) a démenti et apporté des réponses aux récriminations et allégations des visiteuses. Concernant les parloirs, le chargé de communication de la DAP explique que ‘’cette situation n’est pas sans fondement’’.

D’après l’Inspecteur Mbaye Sarr, la décision est motivée par le fait que des détenus et des visiteurs non identifiés aient perforé le dispositif de séparation en élargissant les mailles du parloir pour introduire des objets prohibés, notamment du chanvre indien et de l’argent.

Par conséquent, justifie-t-il, ‘’c’est pour des raisons de sécurité que le diamètre des mailles du dispositif de séparation a été réduit, afin d’éviter l’introduction frauduleuse de ces objets qui, il faut le rappeler, sont nocifs pour la sécurité des détenus eux-mêmes, des agents mais aussi des usagers du service public pénitentiaire’’.

Cependant, poursuit notre interlocuteur, ‘’cet aménagement n’a rien changé concernant la visibilité entre visiteurs et détenus’’. Le chargé de communication a aussi écarté l’existence de restriction sur les visites, en laissant entendre que ‘’tout visiteur détenteur d’un permis  est admis à visiter par l’administration pénitentiaire aux jours et heures indiqués’’.

Il a laissé entendre que les visites sont encadrées, du début jusqu’à la fin sous la surveillance constante d’un sous officier de permanence. Par conséquent, il n’y a pas de place à certains écarts des gardes, pour qu’ils puissent déchirer les permis de communiquer.

D’ailleurs pour le bonheur des visiteurs, l’Inspecteur Sarr annonce que les parloirs seront bientôt un vieux souvenir à Rebeuss, car d’autres, plus modernes et présentant plus de confort, sont en cours de construction et seront bientôt opérationnels.  Quid des allégations de réduction du temps de la visite ?  Le responsable de la DAP souligne qu’étant donné qu’en moyenne plus 1 500 personnes sont reçues lors des jours de visite, une bonne organisation est nécessaire pour pouvoir permettre à tout le monde de voir son parent.

A cet effet, il est instauré des rotations par vague de visiteurs. Mieux, selon toujours notre interlocuteur, une discrimination est faite en faveur des personnes du 3ème âge, des personnes handicapées, des femmes enceintes ainsi que celles accompagnées d’un bébé. Cette catégorie de visiteurs bénéficie immédiatement d’une visite contact.

Seneweb.com

Laisser un commentaire