Sénégal: Alioune Fall de l’Isra incite les populations à boycotter le riz importé

Sénégal: Alioune Fall de l'Isra

Venus parler de l’expertise des chercheurs de l’institut sénégalais de recherches agricoles, le directeur général de l’Isra a fait face à la presse dans l’enceinte du CICES. Fier des prouesses réalisées par ses services, dans le domaine de la recherche de vaccins comme des qualités de riz, le docteur Alioune Fall a invité les Sénégalais à boycotter le riz importé en faveur des céréales locales.

Prisé par les populations pour l’accessibilité de son prix, le riz importé d’Asie du Sud -Taïlande, Vietnam- est dans la ligne de mire des officiels Sénégalais qui, en attendant un probable décret présidentiel, ont envoyé le directeur général de l’Isra au front. Prévu dans le long terme, l’abandon de la consommation du riz importé pourrait survenir plus tôt que prévu, si l’on se fie à la volonté déclarée de M. Alioune Fall, le directeur de l’institut sénégalais de recherches agricoles. C’est ce matin qu’il a fait cette déclaration à la Fiara de Dakar, organisée à l’intérieur du CICES.

A en croire le directeur de l’Isra, le manque de contrôle que les autorités sénégalaises ont de la traçabilités du riz importé fait courir un grand risque sanitaire aux populations. Et, a de ce fait, comme le veut le principe de précaution, invité ses compatriotes à privilégier les céréales locales. A l’origine des inquiétudes de M. Alioune Fall se trouve le fait que de nombreux produits chimiques -sur lesquels on a aucun contrôle- entrent dans la production du riz, en Asie. « Et comme nous n’avons pas de chaine de froid qui permet de conserver ces céréales avant leur consommation, rien ne prouve qu’il soit sans danger sur la santé des populations » a annoncé le directeur de l’Isra.

Dans ce monde globalisé où on parle de « One world, One health », la santé des populations africaines et sénégalaises ne doit pas être laissée pour compte. Comme tout produit consommable, le riz est soumis à une date limite de consommation qui ne doit pas dépasser 4 ans. Mais, à défaut de pouvoir tracer le riz importé au Sénégal, nul n’est à mesure de pouvoir dater les stocks vendus dans nos commerces. Comme toute mesure de contrôle, le directeur de l’Isra a invité les populations à se servir du troisième des cinq sens de l’homme pour déterminer la qualité du riz acheté dans nos commerces.

« Quand vous achetez du riz, il faut le sentir. Quand il sent mauvais, ça veut dire qu’il est impropre à la consommation » a conseillé M. Alioune Fall. Mais, cette pratique d’un autre âge contient les germes même de son inefficacité. Son applicabilité -qui ne peut être automatique- risque de fausser la vigilance perpétuelle des consommateurs qui n’ont, pratiquement, jamais de temps à perdre dans ces gestes. Aussi, le poids de nos traditions est un frein majeur à ce moyen archaïque de contrôle: dans de nombreuses sociétés -casamançaise notamment-, on ne sent pas un produit destiné à la consommation humaine.

Autre blocage -et pas des moindres-, les importateurs qui ont, parfois, sur le bras des quantités importantes de riz périmé ont toute la possibilité de mélanger ce « riz qui sent mauvais » à des stocks de riz propres à la consommation, pour les écouler tranquillement sur le marché. Et, dans ce cas, aucun autre moyen de détection de la tricherie n’est mis en place, par le gouvernement, pour empêcher la mise sur le marché de ces produits qui pourraient être dangereux pour la santé du public.

Alors, pour éviter de faire courir des risques sanitaires aux consommateurs et permettre le développement de l’agriculture locale, le directeur de l’Isra pense que « la meilleure solution, c’est de consommer le riz fait par des riziculteurs sénégalais, dans la région Fleuve Sénégal comme en Casamance. » Le Sénégal dispose de grandes superficies de terre arable au nord comme au sud du pays où sont cultivés de nombreuses céréales dont le riz. Et à en croire le directeur de l’Isra, du riz est cultivé dans des zones qui n’ont aucune histoire avec la riziculture.

« J’ai été surpris de voir que du riz est cultivé dans le Baol et à Tivaoune« , a déclaré M. Alioune Fall qui a soutenu que le riz fabriqué au Sénégal n’est pas suffisamment consommé. Cette habitude des Sénégalais, à privilégier des produits étrangers au détriment des locaux, cause d’énormes pertes pour les agriculteurs sénégalais; alors que nos paysans bénéficient aujourd’hui d’une expertise pointue de nos chercheurs et scientifiques de l’Isra.

 

Laisser un commentaire